Allianz reste pénalisé par la Dresdner Bank

 |  | 451 mots
Lecture 2 min.
Allianz se redresse, mais pas à la hauteur des espérances du marché. L'assureur munichois a annoncé jeudi un bénéfice net de 1,62 milliard d'euros pour l'ensemble de l'année 2003. L'année précédente, il avait dû accuser une perte de 1,2 milliard d'euros. Un redressement spectaculaire, donc, mais encore loin de ce qu'attendaient les analystes puisque le consensus Reuters tablait sur un profit net de 1,98 milliard d'euros. En fait, ce bénéfice net s'explique d'abord par la vente de la participation d'Allianz dans Beiersdorf à Tchibo pour 4,4 milliards d'euros et qui a joué positivement sur les comptes de l'assureur à hauteur de 2,8 milliards d'euros. En ce qui concerne les secteurs d'activité du groupe, l'assurance se redresse nettement. L'activité assurance dommages voit ainsi son ratio combiné (dommages payés et frais sur primes encaissées) passer de 105,7% à 97% en un an. Un signe que ce secteur est désormais à nouveau rentable sur le plan opérationnel. Les entrées de primes dans l'assurance dommages ont gagné 4% à 43,4 milliards d'euros et le résultat imposable du secteur s'établit à 4,5 milliards d'euros, soit 32% de plus qu'en 2002. Concernant l'assurance-vie, le redressement est occulté par des dépréciations d'actifs et par une charge fiscale plus importante. Ainsi, malgré un bénéfice opérationnel de 1,16 milliard d'euros, contre seulement 83 millions d'euros en 2002, le segment doit accuser une perte nette de 48 millions d'euros (contre un bénéfice net de 19 millions en 2002). Mais, évidemment, les marchés attendaient avec impatience les résultats de la branche banque. Chacun en effet s'interroge sur l'avenir de la filiale d'Allianz, la Dresdner Bank, notamment dans un climat propice à la concentration du secteur. Si la Dresdner a montré une nette amélioration de son bénéfice opérationnel à -357 millions d'euros contre -1,6 milliard d'euros, elle reste dans le rouge, malgré une baisse substantielle des coûts. Et surtout, avec à nouveau une charge exceptionnelle de 1,6 milliards d'euros due à la restructuration du groupe, la banque allemande doit accuser une perte nette proche de son niveau de 2002: -1,3 milliard d'euros contre -1,4 milliards d'euros un an auparavant. Selon le FT Deutschland de lundi dernier, Allianz souhaiterait conserver la banque de détail dans l'immédiat et céder les activités de marché de la Dresdner. Au vu de ces résultats, cette perspective semble crédible: la Dresdner en tant que telle n'est pas encore vendable.Pour finir, Allianz mise en 2004 sur une hausse globale de ses primes de 4% et un ratio combiné de 97%. Le groupe affirme poursuivre son plan d'économies et de réductions de coûts, mais devant "l'époque d'incertitude" que nous traversons, il se refuse à tout objectif chiffré.Jeudi à la clôture, l'action Allianz a perdu 4,04% à 88,86 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :