Provisions en baisse et plus-values dopent le résultat de la Société Générale

 |  | 405 mots
Lecture 2 min.
"Un très bon premier trimestre": c'est en ces termes sobres que Daniel Bouton, le PDG de la Société Générale (SG), commente ce matin dans un communiqué les résultats trimestriels du groupe bancaire français. Ces derniers font apparaître une envolée de 65,8% du bénéfice net à 801 millions d'euros. Cette performance traduit des progressions de l'ensemble des métiers mais aussi et surtout une forte baisse de ses provisions pour risque et à des plus-values plus importantes que prévu.En conséquence, le résultat brut d'exploitation (RBE) progresse pour sa part d'une manière bien moins vigoureuse, +5,9% à 1,3 milliard d'euros, alors que les revenus (PNB) enregistrent une hausse de 5,6% à 3,95 milliards d'euros. Dans ces deux cas, la performance de la Société Générale est cependant globalement conforme aux attentes des analystes qui tablaient, selon Reuters, en moyenne sur un RBE de 1,28 milliard d'euros et un PNB de 3,96 milliards d'euros.Tous les métiers du groupe ont vu leur rentabilité s'améliorer. La "banque de détail", principale division du groupe, a vu ses revenus progresser de 8,08% à 2,34 milliards d'euros. La rentabilité n'est pas en reste avec une hausse de 24% du RBE. La banque de financement et d'investissement (BFI) affiche de son côté un gain de 7,6% à 1,28 milliard d'euros avec un RBE en progression de 13,6%. Quant à la gestion d'actifs, particulièrement affectée pendant la période de déprime boursière, elle poursuit son redressement avec un PNB qui bondit de 25,7% et un RBE en progression de 18,3%.Hormis de bonnes performances opérationnelles, les résultats de la Société Générale reflètent dans les comptes la stratégie affichée par l'établissement de réduire son portefeuille de participations industrielles. C'est ainsi que la cession des titres détenus dans la foncière Sophia a permis à la banque d'enregistrer une plus-value de 127 millions d'euros. A cela il faut ajouter des reprises de provisions pour dépréciation de la valeur de certaines des participations du groupe. Enfin, le résultat de la Société Générale profite également de la très nette baisse des provisions pour risques passées dans le pôle BFI. Alors qu'elles étaient de 185 millions d'euros au premier trimestre 2003, elles sont tombées à 48 millions sur la même période de 2004.Jeudi, en clôture à Paris, le marché salue ces résultats, avec une hausse du titre de 3,60%, à 69,05 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :