Swiss reste courtisé par Lufthansa après son refus d'intégrer Oneworld

 |  | 505 mots
Lecture 2 min.
Lufthansa reste intéressé par un partenariat avec Swiss. A peine la compagnie helvétique a-t-elle annoncé jeudi qu'elle refusait finalement d'intégrer l'alliance Oneworld de British Airways, que sa concurrente allemande s'est dit prête à discuter. "Il revient à Swiss de décider, désormais, de la manière dont elle veut procéder", a expliqué un porte-parole à Reuters. Et celui-ci a beau avoir précisé qu'il n'y avait toutefois "aucune discussion en cours", le marché s'est rapidement emballé, spéculant d'ores et déjà sur un futur accord: en fin de journée, l'action Swiss gagnait 4,35% à Zurich. D'autant que la compagnie helvétique a réaffirmé ce matin que la participation à une alliance demeure une priorité.Les deux compagnies ont déjà mené des négociations en vue d'un mariage. Mais le projet a achoppé en septembre dernier, les deux groupes n'ayant pas pu s'entendre sur les conditions financières. C'est d'ailleurs ce qui a conduit Swiss à se tourner vers Britsh Airways (voir ci-contre). Reste que depuis, Lufthansa n'a eu de cesse de répéter qu'il demeurait ouvert à de nouvelles discussions. "Swiss a fermé la porte , mais nous n'avons pas mis le loquet", a affirmé le transporteur à plusieurs reprises.Ce discours semble donc plus que jamais d'actualité, d'autant que la concurrence se fait de plus en plus pressante depuis le rapprochement Air France-KLM. Pour autant, certainement échaudé par le revers essuyé l'an passé, Lufthansa n'est pas décidé à faire le premier pas. "L'initiative ne viendra pas de Lufthansa", a expliqué à l'AFP une porte-parole du groupe.Il faut dire que c'est désormais le Suisse qui pourrait se retrouver le dos au mur, les possibilités d'alliance avec un partenaire de taille se réduisant peu à peu. Jeudi matin, il a donc fermé la porte à un accord avec British Airways au sein de l'alliance Oneworld. Raison invoquée: "Swiss ne veut pas intégrer son programme de fidélisation (Swiss TravelClub) au sein de l'Executive Club de British Airways, a fait remarquer la compagnie dans un communiqué. Le coût élevé et les inconvénients du transfert ne pourraient en effet pas être compensés par ses avantages à moyen et long termes". Swiss, qui n'a jamais été bénéficiaire depuis sa création en 2002, avait notamment dit l'an passé que son arrivée dans Oneworld doperait son résultat d'exploitation de 100 millions de francs suisses par an sur trois ans.La compagnie britannique a pris acte de cette décision, se disant "déçue" même si elle reconnaît qu'il "appartient à Swiss de décider au mieux de ses intérêts". Ce refus ne signifie pas toutefois la fin de toute entente. Les accords avec d'autres compagnies de Oneworld restent intacts et les liens concernant des échanges de créneaux avec British Airways demeureront valides. British Airways conservera en particulier les huit créneaux obtenus à Heathrow de la part de Swiss en échange de la facilité de crédit de 50 millions de francs suisses qu'il lui avait accordée à l'automne dernier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :