Philip Green fait flamber Marks & Spencer

 |  | 395 mots
Lecture 2 min.
Après Carrefour et Casino, soutenus en début de semaine par les projets d'expansion de Wal-Mart en Europe, c'est la distribution britannique avec Marks & Spencer qui est désormais sous les feux de la rampe. Mais cette fois, l'affaire paraît plus sérieuse.Confirmant des rumeurs qui avaient filtré en cours d'après-midi, le milliardaire Philip Green a annoncé qu'il envisageait de lancer une offre sur le groupe de distribution. Et l'étude du dossier semble d'ores et déjà bien avancée. "Revival [une société appartenant à l'homme d'affaires] a l'intention d'approcher le conseil d'administration de Marks & Spencer dans les prochains jours pour lui présenter sa proposition, dans le but d'obtenir sa recommandation", précise un communiqué qui ajoute: "une éventuelle offre comprendrait une part de numéraire et une part d'actions d'une nouvelle compagnie qui cherchera une introduction en Bourse".Le milliardaire britannique, qui possède déjà les enseignes BHS, Topshop et Burton, se lance donc dans une nouvelle bataille après avoir échoué dans la reprise de Safeway à l'automne dernier (voir ci-contre). Il avait initialement des vues sur la chaîne de supermarchés, mais, alors que son but était de revendre le groupe en morceaux à d'autres distributeurs, les conclusions de la commission sur la Concurrence l'ont rapidement contraint à renoncer à ses projets.Marks & Spencer pourrait donc être pour lui une occasion de repartir de l'avant. D'autant que l'affaire semble intéressante. L'activité stagne: le chiffre d'affaires 2003/2004 (à fin mars) n'a progressé que de 1,7%. Ce qui peut mettre Philip Green en position de force pour discuter. De surcroît, si Marks & Spencer a connu des difficultés, il a d'ores et déjà mis en place un plan de réduction des coûts (délocalisations, écrémage des effectifs...).Enfin, Philip Green a certainement profité du récent parcours de l'action pour se décider. Car au cours de mercredi soir, elle perdait 15% depuis son pic de juillet 2003, alors que dans le même temps le marché londonien a gagné quelque 11%.Il reste bien entendu à savoir quelles sont les intentions de Philip Green sur le plan financier. Mais d'ores et déjà, le marché prend l'affaire très au sérieux. En fin de journée, l'action Marks & Spencer s'envole de 18,76%, à 345 pence. Un prix qui valorise le groupe à près de 8,2 milliards de livres.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :