Le coût de son audit plombe Adecco

 |  | 498 mots
Lecture 2 min.
Adecco a vu son bénéfice net se réduire comme peau de chagrin au premier trimestre 2004. Le résultat net du groupe de travail temporaire a chuté de 53% par rapport à la même période de 2003, à 30 millions d'euros. Le résultat d'exploitation d'Adecco, en baisse de 47%, a été particulièrement affecté par une charge de 36 millions d'euros destinée à couvrir les frais de l'audit mené par le groupe sur ses activités aux Etats-Unis. Cet audit, survenant après des rumeurs de problèmes comptables, a retardé de plusieurs mois la publication des résultats annuels d'Adecco. En début de semaine, le groupe avait annoncé qu'il passerait en 2004 une charge totale de 100 millions d'euros pour faire face aux coûts additionnels de l'audit. En conséquence, la suite de l'exercice 2004 devrait continuer à pâtir de ces charges exceptionnelles. En Bourse cependant, le titre n'est pas pénalisé par ces informations, au contraire. A la clôture vendredi, l'action Adecco affichait une hausse de 2,49% à 63,75 euros. Le titre, qui abandonne près de 20% depuis le début de l'année, ne s'est cependant jamais vraiment remis du séisme de janvier dernier quand le groupe avait dû annoncer le report de la publication de ses résultats. Le spectre d'un nouveau scandale financier, du type Enron ou Parmalat, avait tétanisé les marchés.La bonne performance d'Adecco en Bourse vendredi s'explique sans doute par la bonne orientation de l'activité. Car si le chiffre d'affaires a reculé de 1% au premier trimestre, à 3,8 milliards d'euros c'est essentiellement en raison de la faiblesse du dollar. Hors effet de changes, le chiffre d'affaires du groupe affiche à l'inverse une progression de 4,4%. Et pour la suite de l'exercice, le directeur général du groupe, Jérôme Caille, dit s'attendre à "une amélioration des ventes et de la rentabilité après ce premier trimestre particulièrement difficile". Sous l'effet d'une croissance solide aux Etats-Unis et d'une reprise sur la bonne voie en Europe, le groupe voit l'avenir se dégager. "La demande pour les services de travail temporaire est déjà en hausse et Adecco s'attend à une accélération sur le reste de 2004", indique le communiqué d'Adecco. Mais le groupe reste néanmoins prudent, anticipant "une certaine pression sur les marges découlant de la concurrence sur les prix" et de la baisse du chiffre d'affaires de sa division "outplacement".Soucieux de regagner la confiance des marchés, Adecco s'apprête par ailleurs à donner un grand coup de balai au sein de son conseil d'administration. Les candidatures de neuf personnalités, parmi lesquelles le PDG d'ABB Juergen Dormann et l'ancien ministre français de l'Economie Francis Mer, seront proposées lors de la prochaine assemblée générale du groupe fin juin. Adecco espère ainsi tourner définitivement tourner la page de ses déboires comptables, un chapitre douloureux qui devrait être clos d'ailleurs le 29 juin. Ce jour là, John Bowmer, président du conseil d'administration quittera ses fonctions.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :