Ford renoue avec les bénéfices malgré des difficultés en Europe

 |  | 399 mots
Lecture 2 min.
Ford a terminé son exercice 2003 sur une fausse note. Le constructeur automobile américain a enregistré au quatrième trimestre une perte nette de 793 millions de dollars, contre un "trou" de 130 millions lors de la même période de l'année précédente. Cette contre-performance est largement due à des charges exceptionnelles d'un montant d'environ 2 milliards de dollars destinées à couvrir d'une part les coûts de restructuration en Europe (457 millions de dollars) et les frais liés à la réorganisation de ses liens d'affaires avec son ancien équipementier Visteon (1,5 milliard de dollars). Ceci étant sur l'ensemble de l'année, Ford revient dans le vert - ce n'était plus arrivé depuis 2000 - avec un résultat net de 495 millions de dollars. Hors éléments exceptionnels, le bénéfice par action ressort à 1,14 dollar, un niveau supérieur aux attentes de Wall Street. Ce redressement doit beaucoup aux excellentes performances du bras financier du constructeur, Ford Credit. Cette filiale a enregistré une hausse de 50% de son bénéfice annuel à 1,8 milliard de dollars.Pour ce qui est de la branche automobile, malgré une baisse de 3,6% des volumes vendus entre 2002 et 2003 à 6,72 millions de véhicules, le chiffre d'affaires de la division s'est légèrement redressé avec une hausse de 3% à 134,3 milliards de dollars. Les performances sont évidemment contrastées en fonction des zones géographiques. En Europe, la situation s'est un peu plus dégradée en 2003 par rapport à 2002 avec une perte annuelle avant impôts qui a plus que doublé à 1,1 milliard de dollars. Sur le continent américain (Amérique du Nord et Amérique du Sud), Ford a vu ses bénéfices s'éroder de 236 millions de dollars à 1,8 milliard. Si le groupe est parvenu à réduire sensiblement ses pertes en Amérique du Sud, il a en revanche souffert sur son marché domestique: le chiffre d'affaires s'est inscrit en recul de 4% et le résultat avant impôts a été de 1,8 milliard de dollars, à comparer avec les 2,5 milliards enregistrés en 2002. Pour ce qui est de l'exercice en cours, la direction de Ford estime pouvoir afficher un bénéfice par action hors éléments exceptionnels compris dans une fourchette allant de 1,20 à 1,30 dollar. Ces prévisions sont bâties sur un scénario selon lequel il se vendrait 17 millions de véhicules sur le marché américain cette année et 16,9 sur le marché européen.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :