Le Japonais ANA, premier client du 7E7 de Boeing

Trois semaines à peine après avoir sélectionné les motoristes qui équiperont le 7E7, Boeing enregistre une première commande pour son nouvel appareil dont la mise en service est prévue en 2008. La première compagnie cliente est japonaise, il s'agit de All Nippon Airways (ANA) qui annonce l'achat de 50 appareils pour environ 6 milliards de dollars au prix catalogue. Ces prix sont susceptibles de rabais importants.Le 7E7, appelé également Dreamliner, qui pourra se décliner en trois versions allant de 217 à 289 sièges avec un rayon d'action variant de 6.500 à 15.700 kilomètres, doit répondre à la demande de vols directs et fréquents au détriment de ceux transitant par les "hubs". Le marché est estimé entre 2.500 et 3.000 appareils, soit un chiffre d'affaires de 400 milliards de dollars dans les vingt ans à venir, selon Boeing. Ce nouvel appareil sera directement en concurrence avec l'A330 d'Airbus. Boeing estime pouvoir décrocher dès cette année un client pour son "Dreamliner" en Europe, mais aussi aux Etats-Unis et au Moyen-Orient.Dans son communiqué, ANA indique ne pas avoir encore choisi le type de moteurs qui équipera les 7E7 achetés. Le motoriste est à sélectionner entre General Electric et Rolls-Royce. La compagnie japonaise précise que son choix a notamment été guidé par les économies, notamment en carburant, que devrait lui permettre de générer le 7E7, grâce notamment à une consommation en carburant moins importante (de l'ordre de 20%) que les avions auxquels il succèdera.En trouvant une compagnie de lancement pour son 7E7, Boeing montre à son rival européen EADS, actionnaire à 80% d'Airbus, qu'il n'entend pas lui laisser le champ libre alors que ce dernier l'a dépassé l'an dernier au nombre de livraisons d'avions. EADS, pour sa part, a indiqué ce matin vouloir dépasser Boeing d'ici 10 ans dans tous les segments d'activités. Le groupe entend ainsi voir son chiffre d'affaires annuel passer de 30,1 milliards d'euros (fin 2003) à 40 milliards à la fin 2007. Cette progression serait notamment le fruit du succès commercial de l'A380, le très gros porteur d'Airbus.Le co-président d'EADS, Rainer Hertrich, a par ailleurs réitéré les objectifs du groupe pour cette année avec un Ebit qui devrait s'établir à 1,8 milliard d'euros avec des ventes stables. Les commandes dans le secteur de la défense devraient pour leur part atteindre les 50 milliards d'euros d'ici la fin de l'année. A la Bourse de Paris, le titre EADS termine sur une hausse de 7,23%, dopé par les perspectives annoncées par le constructeur aéronautique européen. A Wall Street, l'action Boeing s'octroie 2,14% quelques heures après l'ouverture.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.