Le ciel s'éclaircit pour Alstom

Les investisseurs reviennent en force sur les actions Alstom. Dans un marché déprimé, le titre Alstom prend plus de 17% à la Bourse de Paris en clôture, à 1,35 euro. Cette envolée salue l'issue, semble-t-il favorable, des discussions menées ce matin entre le commissaire européen à la Concurrence, Mario Monti, et le ministre français de l'Economie, Nicolas Sarkozy. Au terme de cette rencontre, Mario Monti a indiqué que les deux parties étaient "très proches d'un accord portant sur les engagements des autorités françaises à propos du groupe Alstom, qui devrait être finalisé avant la fin de cette semaine". Pour sa part, Nicolas Sarkozy a précisé qu'"une fois que les bases de l'accord seront précisées, elles feront l'objet d'un engagement écrit. Bien sûr, avec M. Monti, nous le rendrons public".Peu d'éléments ont filtré de cette rencontre, qui a duré 3 heures 30, mais une source proche du dossier citée par l'AFP indique qu'il n'a pas été question de démantèlement, schéma qui résulterait de la cession de l'un ou l'autre des deux métiers principaux du groupe, à savoir le production d'énergie et le matériel ferroviaire. En revanche, toujours selon cette même source, l'accord en gestation prévoirait "des cessions ciblées" mais épargnerait le site de Belfort, dont la fermeture avait été initialement demandée par Bruxelles. La nature et l'ampleur de ces désengagements ne sont pas précisées. Selon les informations de l'édition de la Tribune ce matin (lire ci-contre), Bruxelles réclamerait, pour valider le plan de sauvetage d'Alstom, des cessions d'actifs portant sur 1,5 à 2 milliards d'euros. Ces désengagements viendraient s'ajouter aux cessions déjà réalisées (vente de l'activité transmission-distribution à Areva pour 920 millions d'euros, rachat des turbines industrielles par Siemens pour 1,1 milliard d'euros et cessions de divers actifs immobiliers pour 550 millions).En tout état de cause, si un accord est effectivement trouvé, il devra être conclu avant le 26 mai, date à laquelle seront présentés les résultats annuels d'Alstom. Outre les cessions exigées par Bruxelles, le compromis envisagé comprendra des mesures financières destinées à rassurer la Commission quant à l'avenir du groupe qui pâtit d'un manque criant de fonds propres (lire ci-contre).

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.