EADS croit à une reprise plus solide que prévu

Après les annonces de commandes (lire ci-contre), le groupe EADS vient devant les analystes présenter ses comptes trimestriels. Sur les trois premiers mois de l'année, le constructeur aéronautique européen a réalisé un résultat net positif de 49 millions d'euros. En raison de l'adoption d'une nouvelle norme comptable, ce montant ne tient pas compte des écarts d'acquisitions. Cette performance est à comparer avec un résultat net retraité de 28 millions au premier trimestre 2003, soit une hausse de 75%. Pour ce qui est de l'Ebit (résultat d'exploitation avant impôts, amortissements des écarts d'acquisition et éléments exceptionnels), ce dernier a progressé de 52% à 198 millions d'euros pour un chiffre d'affaires de 6,03 milliards d'euros, en progression de 9% par rapport à la même période de l'an dernier. A taux de change constants, la progression des ventes est de 15%. Un point noir néanmoins, les prises de commandes du groupe qui ont nettement reculé: -37% à 3,41 milliards d'euros. Ce repli est essentiellement imputable au recul des commandes d'Airbus (-69% sur un an). Dans un communiqué, EADS tente de rassurer sur ce point en indiquant qu'il espère "finaliser plusieurs campagnes commerciales actuellement en cours". Le groupe table toujours sur 250 nouvelles commandes environ pour l'ensemble de l'année.Signe de cette confiance, EADS a confirmé ses perspectives de résultats pour l'ensemble de l'exercice en cours. Le groupe table donc toujours sur un Ebit de 1,8 milliard d'euros pour un chiffre d'affaires compris entre 29 et 30 milliards d'euros. A l'appui de cet optimisme, un constat dressé dans le communiqué du groupe: "certains signaux semblent indiquer que la reprise du marché pourrait s'avérer plus solide que prévu". Cette embellie qui s'annonce fait aussi dire aux deux co-présidents d'EADS, Philippe Camus et Rainer Hertrich, qu' "à moyen terme, nous sommes de plus en plus confiants dans nos perspectives de croissance". Cette reprise plus vigoureuse qu'attendu s'est déjà traduite par le fait qu'Airbus, dont EADS détient 80% et qui a contribué au premier trimestre à hauteur de 224 millions d'euros (+35%) au résultat d'exploitation du groupe, a légèrement revu à la hausse ses prévisions de livraisons pour 2004. L'avionneur envisage désormais de livrer au moins 305 appareils, c'est à dire autant que l'année dernière. Au premier trimestre, Airbus à livré 67 avions, deux de plus que sur la même période de l'an dernier. Le chiffre d'affaires de cette division a progressé de 9% à 4,12 milliards d'euros, porté par un mix plus favorable (plus de gros porteurs). Parmi les quatre autres divisions d'EADS, seule la nouvelle branche "aéronautique" qui regroupe notamment Eurocopter, les avions de transport régionaux ATR et les avions de tourisme de la Socata, a contribué positivement au résultat d'exploitation d'EADS (10 millions d'euros). La nouvelle division "défense et système de sécurité", la branche "transport militaire" ainsi que la division spatiale se sont montrées déficitaires. A noter néanmoins que la division "espace", objet d'une sérieuse restructuration, a quasiment divisé par deux sa perte d'exploitation trimestrielle, la ramenant à 11 millions d'euros pour un chiffre d'affaires en hausse de 13% à 457 millions d'euros. EADS a récemment confirmé son objectif de ramener cette division à l'équilibre sur l'ensemble de 2004. Malgré la confiance affichée par la direction d'EADS, le titre signe en clôture la troisième plus forte baisse du CAC 40 avec un repli de 4,14%. Les analystes anticipaient un résultat d'exploitation supérieur et l'action a également souffert de la morosité du marché puisque l'indice dans son ensemble abandonne 1,17%.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.