Chrysler manque son objectif d'un retour à l'équilibre

 |  | 467 mots
Lecture 2 min.
Depuis leur mariage en 1998, les détracteurs de la fusion entre Daimler et Chrysler ne manquent de pointer les défaillances de la filiale américaine du cinquième constructeur automobile mondial. La publication des résultats 2003 va leur offrir une nouvelle opportunité de s'exprimer. Lors de l'exercice qui vient de s'écouler le resultat net du groupe germano-américain a été réduit à la portion congrue, tombant à 400 millions d'euros après 4,7 milliards d'euros en 2002. Cette détérioration traduit à la fois une charge pour la dépréciation de l'investissement de DaimlerChrysler dans EADS et un résultat opérationnel en nette contraction. Le résultat d'exploitation s'est en effet établi à 5,7 milliards d'euros en 2003, en recul de 17,4% par rapport à 2002. Cette baisse reflète l'environnement difficile qui a été celui du constructeur automobile en 2003. La demande est restée faible sur les principaux marchés du groupe, entraînant des ventes de véhicules (particuliers et utilitaires) moindres qu'en 2002 à 4,3 millions d'unités. Le chiffre d'affaires du groupe s'est replié de 7% à 136,4 milliards d'euros, affecté également par l'appréciation de l'euro par rapport au dollar. Hors effet de changes, le chiffre d'affaires progresse de 3%.Si malgré une demande déprimée, Mercedes résiste avec une hausse de 3,2% de son résultat opérationnel à 3,1 milliards d'euros et une augmentation de 3% son chiffre d'affaires en jouant sur les prix, il n'en est pas de même avec Chrysler. la division américaine du groupe a terminé 2003 sur une perte opérationnelle de 506 millions d'euros, à comparer avec un bénéfice de 600 millions en 2002. Ce déficit résulte des mesures de restructuration pour un montant de 469 millions d'euros prises par le groupe en application d'un plan annoncé en 2001. Ceci étant, en excluant ces charges, Chrysler affiche tout de même une perte de 40 millions d'euros et échoue donc dans son objectif d'atteindre l'équilibre. Le fabricant américain, dont le chiffre d'affaires s'est effondré de 18%, fais les frais non seulement de la baisse du dollar mais aussi de la guerre des prix que se livrent les constructeurs sur le marché américain. Selon une étude publiée par CNW Marketing Research, au quatrième trimestre, les ristournes accordées par Chrysler atteignaient en moyenne 4.232 dollars par véhicule.Pour l'avenir à court terme, DaimlerChrysler fait preuve de prudence. Le groupe ambitionne d'améliorer son résultat opérationnel en 2004, en excluant les charges relatives à la restructuration de Chrysler et les gains liés à la vente MTU Aero Engines. Pour ce qui est des exercices 2005 et 2006, le constructeur prévoit une amélioration significative de ses bénéfices grâce notamment au lancement de nouveaux modèles: entre 2004 et 2006, le groupe mettra sur le marché 50 produits nouveaux.A la Bourse de Francfort, le titre DaimlerChrysler a reculé de 0,14% en clôture.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :