La hausse du baril pèse sur les prix à la production

 |  | 313 mots
Toujours un effet pétrole. Après le coup d'arrêt enregistré en mai, les prix à la production ont augmenté de 0,4% en juin dernier par rapport à mai selon l'Insee. Cette hausse provient en grande partie de la hausse des prix des combustibles et des carburants. En glissement annuel, les prix à la production progressent de 2,9%. En mai dernier, les prix à la production avaient reculé de 0,3%, mettant fin à une période de hausse quasi constante entamée en janvier 2004Hors industrie agroalimentaire, les prix reculent de 0,2% en juin. Ils progressent de 1,9% sur les douze derniers mois.Conséquence de la récente flambée des cours du pétrole, les prix des produits énergétiques ont augmenté de 2,8% en juin et de 11,4% sur un an. Les prix des combustibles et carburants bondissent quant à eux de 5,4% sur la période. En glissement annuel, ils bondissent de 19,7%.Dans le détail, les prix dans l'industrie agroalimentaire ont augmenté de 0,3%, mais affichent une baisse de 1,7% sur un an. Les autres progressions les plus notables concernent les prix des biens de consommation en baisse de 0,1% en juin (+0,3% sur un an), et les prix des biens intermédiaires. "En progression presque ininterrompue depuis janvier 2004", rappellent les experts de l'Insee, ceux-ci reculent pour le deuxième mois consécutif (-0,3 % en juin après -0,2% en mai). Ils progressent toujours en glissement annuel (+3%)."A nouveau, les prix à la production sont directement impactés par les tensions enregistrées sur les marchés des matières premières, et notamment pétroliers. Heureusement, cette hausse des prix à la production ne s'est pas encore répercutée sur les prix des produits manufacturés, en quasi-déflation. Ni sur les prix à la consommation. Cette éventualité serait très dommageable car elle saperait la consommation des ménages qui représente le seul moteur de la croissance française", explique Nicolas Claquin au CCF.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :