Les dépenses des Français reculent à nouveau en mars

 |  | 435 mots
Lecture 2 min.
La tendance semble se confirmer en France. Après le recul observé en février, les dépenses de consommation des ménages en produits manufacturés se sont à nouveau repliées en mars. Exprimées à prix constants et corrigées des effets de jours ouvrables et des variations saisonnières, elles ont baissé de 0,8% selon l'Insee.Une mauvaise nouvelle n'arrivant jamais seule, l'institut a révisé à la baisse les chiffres de février: les dépenses en produits manufacturés, qui représentent 25% de la consommation totale des ménages, ont finalement régressé de 1,1% contre 1% annoncé initialement.Si les dépenses de consommation en biens durables se sont légèrement repliées en mars (-0,1% après -0,6% en février), celles concernant les biens d'équipement du logement ont reculé plus nettement (-1%, après -0,4%). Quant aux achats d'automobiles, après la baisse de 0,7% en février, ils ont progressé de 1,3% le mois dernier. Les dépenses de consommation en textile-cuir sont stables (-0,6% en février).Dans le champ commerce, qui ne prend pas en compte les automobiles et leurs pièces détachées ainsi que les produits médicaux, les dépenses des ménages se sont également repliées de 0,8% en mars. Elles avaient déjà reculé de 1,4% en février. "Ce repli enregistré en mars provient essentiellement de la trop lente progression du revenu disponible, en hausse de 0,6% seulement au premier trimestre par rapport à la même période un an plus tôt, et des inquiétudes des ménages face à la montée du chômage", constate Nicolas Bouzou au Xerfi, interrogé par latribune.fr, qui ajoute: "quant aux effets positifs sur la consommation des ménages induits par les mesures Sarkozy telles que le déblocage de l'épargne salariale, et qui ont joué à plein au quatrième trimestre 2004, ils s'essoufflent progressivement. Ils sont tout juste visibles au niveau des achats d'automobiles qui se sont redressés après la baisse enregistrée en février dernier". "Néanmoins, les dépenses des ménages, qui devraient se stabiliser au cours des prochains mois, devraient toujours constituer le principal moteur de la croissance de l'économie française cette année", explique l'économiste. De fait, au regard de statistiques mensuelles, les dépenses de consommation en produits manufacturés augmentent de 1,3% au premier trimestre, en légère décélération par rapport au dernier trimestre 2004 (+1,5%). Une augmentation essentiellement due à la baisse des prix des produits manufacturés. Ceux-ci ont en effet reculé de 0,2% au premier trimestre en glissement annuel.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :