Jacques Chirac veut placer la France "aux avant-postes de l'innovation"

Avec le lancement officiel aujourd'hui de l'Agence de l'innovation industrielle (AII), Jacques Chirac espère donner les moyens à la France de relancer durablement son économie. Lors de l'inauguration du pôle de compétitivité de Champagne-Ardenne et Picardie, le président de la République a décliné toute une série de priorités. Ce pôle de compétitivité, basé à Reims, est l'un des 67 pôles retenus le 12 juillet dernier par le gouvernement.L'AII sera dotée d'un milliard d'euros par an pour financer des projets innovants sur cinq à quinze ans. Le conseil de surveillance de l'agence est présidé par le PDG de Saint-Gobain, Jean-Louis Beffa. Quant à la présidence du directoire, elle revient à un ancien membre de la direction de Thomson, Robert Havas. "Toutes les conditions sont réunies pour que la France passe résolument à l'offensive. Nous sommes aujourd'hui à un moment décisif. Nous allons conquérir de nouvelles positions et nous placer aux avant-postes de l'innovation industrielle et de la recherche", a déclaré le président de la République. "Il est temps d'agir massivement. Nous devons le faire avec ambition, pour permettre à la France d'être au tout premier rang dans ce qui est aujourd'hui une compétition mondiale pour la suprématie technologique. Pour la France, il s'agit de partir à la conquête des emplois de demain, en engageant résolument le pays sur la voie de l'innovation. Parce que l'innovation, c'est la condition nécessaire pour créer, sur notre territoire, des emplois hautement qualifiés. Parce que c'est la meilleure réponse aux délocalisations", a précisé le chef de l'Etat. La version high-tech du fameux adage du chancelier allemand Helmut Schmidt: "les investissements d'aujourd'hui sont les profits de demain et les emplois d'après-demain" en somme. L'une des premières priorités de l'AII sera de développer la recherche fondamentale. Dans le cadre de la loi sur la recherche qui sera prochainement présentée, "un effort inédit" pour la recherche fondamentale sera fourni. "Nous allons signer un nouveau pacte entre la Nation, ses entreprises et ses chercheurs", a déclaré Jacques Chirac. La loi d'orientation et de programmation de la recherche qui doit être votée d'ici la fin de l'année par les parlementaires prévoit une enveloppe globale de 6 milliards d'euros sur trois ans. A la clé, la création de 3.000 postes de chercheurs en 2006 mais également en 2007.Au total, l'AII devrait soutenir une douzaine de projets d'ici à la fin de l'année, parmi lesquels quatre projets franco-allemands concernant les réseaux multimédias du futur, le traitement automatique des contenus images et sons, l'imagerie moléculaire à très hauts champs et la biophotonique. Jacques Chirac a déjà dévoilé les grandes lignes du programme "Quaero", un moteur de recherche multimédia. Le développement de ce projet sera réalisé conjointement par des réseaux de recherche publics et d'acteurs industriels, dont Thomson, France Télécom et Deutsche Telekom.En outre, dans le contexte actuel de hausse des prix du pétrole, Jacques Chirac a déclaré que "le renouveau de notre politique énergétique" était "indispensable". Celui-ci "passe par des politiques d'économies d'énergie, mais aussi par la mise au point de nouvelles technologies. C'est une nécessité pour la planète. C'est aussi un marché dont le potentiel est gigantesque", a-t-il souligné.Ce renouveau passe notamment par le développement de la production de biocarburants, ce qui permettra à la France "de lutter contre le changement climatique et de conforter l'indépendance énergétique de notre pays. Je demande au gouvernement de lancer dès à présent les investissements nécessaires pour multiplier par sept la part des biocarburants dans la consommation totale", a ordonné Jacques Chirac. Pour mémoire, avec une part de biocarburants de 0,8%, la France est très en retard dans ce domaine puisqu'une directive européenne fixe cette part à 5,75% en 2010.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.