La Banque de France abaisse ses prévisions de croissance du premier trimestre

 |  | 278 mots
Lecture 1 min.
Dans la foulée de l'estimation précoce faire par l'Insee de la croissance au quatrième trimestre 2004, la Banque de France revoit à la baisse sa prévision de croissance au premier trimestre de cette année. Dans son enquête mensuelle de conjoncture, l'institution monétaire, qui s'appuie sur l'indicateur synthétique mensuel d'activité, table désormais sur une croissance de 0,5% entre janvier et mars, contre 0,6% attendu précédemment. Vendredi, l'Insee a annoncé que le taux de croissance enregistré par l'économie française au cours du quatrième trimestre de l'année dernière devrait s'élever à 0,7-0,8% (voir ci-contre).Selon la Banque de France, compte tenu du niveau d'activité enregistré au cours des trois derniers mois de l'année 2004, l'acquis de croissance pour 2005 serait de 1,2% à la fin mars.Par ailleurs, selon les chefs d'entreprise interrogés en janvier dans le cadre de cette enquête de conjoncture, l'activité industrielle est restée stable après la progression soutenue des mois précédents. L'indicateur du climat des affaires s'est situé à 105 en janvier contre 104 en décembre dernier. En janvier 2004, cet indicateur s'élevait à 99. Le taux d'utilisation des capacités de production n'a pas varié. Quant aux carnets de commandes, jugés un peu moins garnis qu'en décembre, "ils demeurent au dessus du niveau considéré comme normal", précise la Banque de France.Dans les services marchands, l'activité s'est stabilisée en janvier à un niveau sensiblement supérieur à celui attendu il y a un an. Les perspectives restent favorablement orientées. Dans le commerce de détail, l'activité a fortement progressé entre décembre et janvier. En revanche, elle recule sur un an.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :