Le marché de l'emploi a sombré dans la morosité en 2004

 |  | 454 mots
Une nouvelle année blanche pour l'emploi. Selon l'enquête Emploi annuelle établie par l'Insee, le nombre de demandeurs d'emploi a à nouveau progressé l'année dernière, comme en 2003. La lutte contre le chômage - qui constitue la priorité du gouvernement - s'est donc révélée inefficace en 2004, malgré le retour de la croissance (+2,3%). Seule satisfaction, la hausse est moins forte qu'en 2003, période au cours de laquelle le taux de chômage avait progressé de 0,9 point à 9,7% de la population active: l'année dernière, elle n'a été que de 0,2%, le taux de chômage s'établissant à 9,9%, au sens du Bureau international du travail (BIT). Une augmentation qui correspond à 71.000 chômeurs supplémentaires.Premiers touchés par la morosité du marché de l'emploi: les jeunes. "Le taux de chômage des 15-29 ans a progressé de près d'un point en un an, passant de 16,5% en moyenne en 2003 à 17,4% en 2004. Il est resté stable pour les autres tranches d'âges. Même si le taux de chômage a augmenté un peu plus vite chez les hommes que chez les femmes, ces dernières restent encore les plus exposées: en moyenne en 2004, une femme active sur neuf est au chômage, contre un homme actif sur onze. Le chômage augmente à peu près au même rythme que l'on soit employé, cadre, ouvrier ou technicien, laissant intactes les inégalités entre les qualifications", précisent les auteurs de cette enquête, Ketty Attal-Toubert et Alice Derosier.Selon les résultats de cette enquête, le "bagage" joue encore un rôle important. Si le taux de chômage des titulaires d'un "Bac +" est en très légère baisse, celui concernant les demandeurs d'emploi n'ayant que le bac en poche est en nette hausse (+0,8 point), pour s'établir à 9,5%. Les demandeurs d'emploi sans diplôme, souffrent d'un taux de chômage de 15%, contre 14,7% en 2003.Tout n'est pas noir cependant. Les chômeurs de très longue durée, demandeurs d'emploi depuis deux ans ou plus, représentent une part plus faible des personnes sans emploi (de 22,4% à 20,3%).L'année en cours peut-elle enregistrer une inversion de tendance? Pour l'instant, c'est mal parti. Selon les statistiques révisées par l'Insee, le taux de la chômage au sens du BIT atteignait 10,1% de la population active en janvier dernier. Dans sa première estimation, l'Institut avait initialement annoncé un taux de chômage de 10%.De son côté, le gouvernement a révisé à la baisse l'objectif de créations d'emplois en 2005, de 190.000 à 120.000. Malgré cette prudence, il maintient encore son objectif de ramener le taux de chômage à 9% de la population active en 2005 grâce à une croissance du PIB comprise entre 2% et 2,5%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :