Le marché français de l'automobile est resté stable en 2004

 |  | 324 mots
Lecture 2 min.
D'extrême justesse. Grâce à la bonne tenue des ventes en novembre et en décembre derniers (voir ci-contre), le marché des voitures particulières a atteint l'équilibre en 2004. Si elles progressent de 0,2% en données brutes en 2004, à nombre de jours ouvrables comparables - 255 jours en 2004 après 251 jours en 2003 -, les ventes annuelles sont quasiment stables (-1,3%). Selon le Comité français des constructeurs d'automobiles (CCFA), 2.013.712 voitures particulières ont été vendues en 2004. En effet, après le rattrapage effectué en novembre, les bons chiffres enregistrés en décembre ont permis au marché d'atteindre cet équilibre. L'année 2004 aura été marquée par une forte volatilité des ventes, les trous d'air succédant régulièrement aux rattrapages des ventes. En décembre, avec 171.823 voitures particulières, le marché français a progressé de 7,1% en données brutes et de 2,4% à nombre de jours ouvrables comparables (23 jours en décembre 2004 contre 22 un an plus tôt). Avec 58,1% de parts de marché, les marques françaises tiennent encore le haut du pavé sur le marché hexagonal. Elles enregistrent toutefois une baisse de 2,3% de leurs ventes. Si Renault limite la casse - les ventes de la marque au losange ont timidement progressé de 0,6% en 2004 - le groupe PSA accuse un net recul de ses ventes (-4,7%).Un repli des constructeurs français dont ont profité les marques étrangères dont les ventes ont progressé de 3,9% l'année dernière. Avec 41,9% des ventes totales en 2004, elles représentent une menace de plus en plus sérieuse pour les champions nationaux du secteur. Avec 10,8% des ventes totales en 2004 (+0,8%), le groupe Volkswagen (Volkswagen, Audi, Seat, Skoda pour les principaux constructeurs appartenant au groupe) est la première marque étrangère en France.A noter, les bonds enregistrés en 2004 par Hyundai (+20,3%), le groupe BMW (+13,7%) et Ford (+13%). En revanche, pour le groupe Fiat (-9,6%), Nissan (-5,7%) et General Motors Europe (-5,2%), l'année aura été particulièrement difficile.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :