La France réduit son déficit commercial en janvier

 |  | 360 mots
Lecture 2 min.
Une amélioration plus que sensible. En janvier, le déficit de la balance commerciale a atteint 931 millions d'euros, en nette réduction par rapport au trou de 2,54 milliards d'euros enregistré en décembre dernier. Par rapport à janvier 2004, la situation s'est en revanche légèrement dégradée, le déficit ayant atteint 731 millions un an plus tôt. Les exportations se sont élevées à 29,844 milliards d'euros, en hausse de 1,1% sur les trois derniers mois et de 4,6% en glissement annuel. A l'origine de ce bon résultat, la performance du secteur des équipements professionnels, la réalisation de plusieurs grands contrats navals ainsi que le dynamisme des ventes d'Airbus. Les ventes d'automobiles, de produits pharmaceutiques et de biens intermédiaires se maintiennent également à un bon niveau. "Le rebond des ventes est sensible, tant au sein de l'Union européenne que vers les pays tiers", précisent les Douanes En dépit de cette progression encourageante, les exportations ne compensent pas les importations qui atteignent 30,775 milliards d'euros sur la période. Sur les trois derniers mois, celles-ci avancent de 1,5%. Sur un an, la hausse est encore plus marquée (12,4%)."La progression des achats industriels se poursuit, avec une contribution positive de chaque branche. Pour les biens intermédiaires, l'accroissement reste plus prononcé qu'à l'exportation et le déséquilibre s'accroît. Le montant des importations énergétiques diminue à nouveau mais c'est la réduction du volume des achats de produits raffinés qui explique cette baisse et non une détente sur les prix", expliquent les Douanes.Sur le plan géographique, les importations venant des pays de l'Union européenne progressent nettement. En revanche, celles en provenances de pays tiers, notamment de Chine et de Hong-Kong, se replient. Si la facture énergétique s'est légèrement repliée en ce début d'année, il y a fort à parier que les tensions actuelles sur les marchés pétroliers, ainsi que la forte consommation engendrée par la sévère vague de froid ayant touché la France ces dernières semaines devraient avoir un effet néfaste sur les prochains chiffres du commerce extérieur français.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :