L'automobile fait toujours grise mine en Europe

 |  | 513 mots
Lecture 2 min.
Le marché automobile européen peine à sortir de l'ornière. En baisse de 3,3% au premier trimestre, il est resté dans le rouge au mois d'avril avec un recul de 0,8%. Au cumul de l'année, la baisse est désormais de 2,6%. "Ces chiffres reflètent le ralentissement de l'économie européenne observé depuis le début de l'année", note l'Association des constructeurs européen d'automobiles, à l'origine de ces statistiques.Reste que si l'association invoque une raison globale, les données s'avèrent tout de même disparates. Avec un plongeon de 30,3% en avril, les dix nouveaux pays membres de l'Union européenne sont à eux seuls responsables de cette baisse. L'Europe de l'Ouest (les quinze plus l'Islande, la Norvège et la Suisse) a de son côté enregistré un rebond de 1,3% de ses immatriculations. Parmi les grands marchés, la France est restée la locomotive avec une avancée de 12,2% sur le mois. L'Espagne (+6,6%) et l'Allemagne (+4,1%) sont sorties du rouge. En revanche, les marchés italien et britannique ont continué à reculer, de respectivement 6,4% et 4%.Le bilan s'avère donc nettement moins pessimiste qu'au sortir du premier trimestre. C'est également vrai pour certains constructeurs, au regard des données par groupe établies sur la seule Europe de l'Ouest. Grâce à une avancée de 6% en avril, Volkswagen est ainsi parvenu à ramener son score annuel à l'équilibre. Idem pour Toyota et Hyundai dont les ventes en avril ont progressé respectivement de 4,7% et 9,1%.Mais en marge de groupes aux ventes limitées comme Kia (+43% avec 13.450 unités), les véritables gagnants du mois sont GM (+7%) et surtout BMW. Comme les mois précédents, le Bavarois a continué de briller. Ses ventes (tirées à la fois par Mini et la marque BMW) ont bondi de 22,9% en avril et de 13,6% depuis le début de l'année. La marque à l'hélice ne cesse donc de marquer des points face à l'éternel rival Mercedes. Les voitures à l'étoile ont encore peiné à séduire. Leurs immatriculations en baisse de 1,9% en avril ont en tout cas freiné l'ensemble du groupe DaimlerChrysler, qui limite son avancée à 0,5%. Sur l'année, le bilan du groupe germano-américain est encore négatif (-3,9%).Le bilan est également négatif côté français. PSA (pénalisé par Peugeot) a reculé de 1,7% en avril. Ce qui le laisse dans le rouge sur l'année (-4,1%). Quant à Renault, la stagnation de ses ventes en avril ne lui a pas permis de redresser la barre. Sur l'année, il chute de 1,5%.Les constructeurs français pourront toujours se consoler en observant que certains groupes sont dans une situation bien plus embarrassante. Ford a plongé de 7,4% en avril (-4,4% en cumulé) et Fiat ne sort toujours pas la tête de l'eau. Régulier depuis le début de l'année, le groupe turinois a vu ses ventes dégringoler une nouvelle fois de 15%. Enfin, la situation était évidemment particulière pour MG Rover, dont la fermeture a été annoncée récemment. Les ventes du Britannique ont été divisées par quatre en avril.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :