Le PIB revu en hausse au premier trimestre

 |  | 360 mots
Lecture 2 min.
Après la relative bonne surprise enregistrée ce matin sur le front de l'emploi (lire ci-contre), une seconde bonne nouvelle vient égayer les sombres perspectives des économistes et du gouvernement.En effet, après avoir été annoncé initialement en légère hausse de 0,2%, le PIB a finalement progressé de 0,3% au cours du premier trimestre (PIB établi aux prix de l'année 2000 corrigé des effets des jours ouvrables et des variations saisonnières). Les économistes avaient tablé sur un taux de croissance de 0,2%.En dépit de cette révision à la hausse de la croissance du PIB, l'économie française a nettement ralentie entre le dernier trimestre 2004 et le premier trimestre 2005: la France avait enregistré une croissance 0,7% entre octobre et décembre. Ce ralentissement est à mettre sur le compte du tassement de la consommation des ménages qui constitua en 2004 le principal moteur de l'économie nationale. Entre janvier et mars 2005, celle-ci n'a progressé que de 0,8%, après +1,1% au dernier trimestre 2004. En contribuant pour 0,4 point à l'évolution du PIB, elle reste toutefois le principal soutien à la croissance.L'investissement est resté relativement soutenu sur la période. En effet, la formation brute de capital fixe (FBCF) des entreprises non financières a augmenté de 1,7%, après +1,9% au dernier trimestre 2004, apportant 0,2 point à la croissance. Quant au commerce extérieur, il constitue à nouveau un frein. En repli de 0,4%, les exportations marquent le pas et ne compensent toujours pas les importations, malgré leur décélération sur la période (+0,7% après +1,2%). Ainsi, le solde du commerce extérieur se dégrade et contribue pour -0,3 point à l'évolution du PIB. Enfin, les variations de stocks contribuent négativement, mais de façon moins marquée que le trimestre précédent (-0,1 point après -0,3).Malgré cette correction, la croissance française reste très molle. A titre de comparaison, hier, le département du Commerce américain a révisé pour la troisième fois consécutive les chiffres de la croissance au premier trimestre. Annoncé en hausse de 3,1%, puis de 3,5%, le PIB de la première économie mondiale affiche finalement une progression de 3,8% entre janvier et mars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :