Les défaillances d'entreprises devraient augmenter en 2005

 |  | 402 mots
Lecture 2 min.
Une nouvelle pierre dans le jardin de la maison France. Alors que les mauvaises nouvelles s'accumulent concernant la solidité de la croissance française, le rapport publié aujourd'hui par l'assureur crédit Euler Hermes SFAC ajoute à la morosité ambiante.D'après ce rapport, les défaillances d'entreprises devraient augmenter de 5% en 2005 en France en raison de la décélération de la croissance économique. Au niveau mondial, celles-ci devraient se stabiliser. Après une hausse de 1,5% en 2004, avec 48.664 cas, le nombre de défaillances pourrait dépasser cette année les 51.000 cas. Entre janvier et avril, les défaillances d'entreprises ont fait un bond de 7,9% par rapport à la même période de 2004, selon cette étude.A l'origine de cette brutale accélération, "la vulnérabilité des entreprises nouvellement créées", dont le taux de mortalité est particulièrement élevé dans les deux à trois premières années. Il faut rappeler que les créations d'entreprises ont été très importantes en 2003 et 2004, supérieures à celles enregistrées les années précédentes."La réforme de la loi sur les faillites, qui devrait entrer en application d'ici la fin de l'année 2005, pourrait accroître la sinistralité", estime également l'assureur-crédit. Euler Hermes SFAC craint en effet que la sauvegarde, principale innovation du texte, ne provoque un effet domino, en entraînant le dépôt de bilan des fournisseurs.En ce qui concerne 2006, le rapport est à peine plus optimiste. "Sous l'hypothèse d'un retour de la croissance économique à 2% en 2006, les défaillances devraient se stabiliser autour de 51.200", prévoit-il. Encore faut-il que le PIB enregistre un tel niveau de croissance l'année prochaine.Stabilisation des défaillances au niveau mondialAprès une nette baisse en 2004, l'assureur-crédit prévoit une stabilisation des défaillances en 2005-2006 au niveau mondial. En 2004, l'indice global des défaillances d'Euler Hermes SFAC a baissé de 5% "grâce à une croissance mondiale record de 4%, soutenue principalement par les Etats-Unis et le Japon". Pour 2006, le ralentissement de l'économie mondiale, avec une croissance qui "devrait revenir à 3% en 2005 et se maintenir à ce rythme en 2006", laisse présager une "stabilisation" de la sinistralité, avec des situations contrastées selon les pays. A l'inverse de la situation des Etats-Unis, qui devraient constater une décélération des défaillances entre 2005 et 2006, le Japon devrait enregistrer leur augmentation (+2%). En Europe, la sinistralité devrait également progresser de 2% en 2005.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :