La Cnil opte pour le spam au bureau

 |  | 426 mots
Vous faisiez confiance à l'économie numérique et à la loi du même nom adoptée en juin 2004. Laquelle après bien des débats a imposé "l'opt-in": sans votre autorisation préalable, adresser un mail à votre adresse nominative est devenu hors-la-loi. Un peu naïvement, vous vous attendiez à voir se réduire le volume des spams qui vous assaillent. Et vous attendiez le jour où rentrer de vacances ne serait plus synonyme d'une ou deux demi-journées à trier vos mails. Vous vous réjouissiez un peu vite...Dans un premier temps, il ne s'est pas passé grand chose. Par quelques mails courtois, certaines sociétés vous ont bien demandé l'autorisation de collecter votre adresse. Mais un tout petit nombre seulement par rapport à la masse de vos e-mails quotidiens. Quant aux publicités pour le Viagra ou autre stimulant, et aux invitations à rejoindre des sites suggestifs, elles continuent d'affluer avec une régularité de métronome. Et vous n'osez pas protester et leur répondre en exigeant le respect de la loi. On vous a dit qu'en validant par un tel geste votre existence et votre adresse électronique, le harcèlement risque d'être décuplé. Et voilà que la Commission informatique et liberté, la CNIL, vient donner de la loi une interprétation qui ne devrait pas arranger les choses. Elle estime en effet que l'esprit de la loi tient à la protection de la vie privée des personnes. Rien à voir, donc, avec les relations inter-entreprises dont la prospection commerciale est l'outil premier et que la loi ne doit pas entraver. En conséquence, la CNIL "estime que des personnes physiques peuvent être prospectées par courrier électronique à leur adresse électronique professionnelle et au titre de la fonction qu'elles exercent dans l'organisme privé ou public qui leur a attribué cette adresse, sans leur accord préalable. L'envoi d'un message présentant les mérites d'un logiciel à paul.toto@nomdelasociété, directeur informatique, sans l'accord préalable de M. Paul Toto, est acceptable, non l'envoi d'un message vantant le charme du tourisme aux Caraïbes en hiver".Mais au titre de sa fonction, le surmenage de M. Toto ne justifie-t-il pas qu'on lui suggère quelques destinations de détente? Sans compter qu'un hôtel aux Caraïbes peut être un lieu idéal pour organiser un séminaire rassemblant des équipes informatiques éparpillées des deux côtés de l'Atlantique... Avec les marges d'interprétation que comporte une telle décision, votre boîte mail risque décidément de rester surchargée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :