L'endettement des Français s'est accru en 2004

 |  | 309 mots
A défaut de parler de bulle sur les marchés immobiliers, on peut tout au moins parler de très fortes poussées inflationnistes sur le marché de la pierre. Selon la Fnaim, le prix du mètre carré a quasiment doublé sur la dernière décennie. Etant donné que les revenus des ménages ont progressé à un rythme très largement inférieur, les Français n'ont donc pas d'autre choix, s'ils veulent investir dans l'immobilier, que de recourir de plus en plus à l'endettement. "En 2004, l'endettement des ménages progresse à un rythme particulièrement soutenu (8,9%)", constate ainsi l'Insee dans une étude publiée aujourd'hui. De son côté, le ratio dette des ménages sur PIB atteint le niveau "sans précédent de 39,9%. En 2004, les ménages accentuent encore leur recours à l'emprunt, essentiellement pour financer leurs achats immobiliers. La part des prêts à l'habitat est prépondérante", explique l'auteur de cette étude, Jean-Charles Bricongne. Concrètement, le flux net des crédits s'est élevé à 53,8 milliards d'euros en 2004, contre 37,6 milliards en 2003 selon l'institut. Et l'année 2004 marque une nette accélération de cette tendance. Si en 2003 les emprunts "n'excédaient que de peu leurs dépôts, les ménages deviennent emprunteurs nets vis-à-vis des banques à hauteur de 11,1 milliards d'euros", observe l'Insee, et ce malgré un accroissement des dépôts des ménages en hausse de 4,8% à 42,9 milliards d'euros en 2004, à un rythme "inédit depuis 1997". "Les crédits à court terme croissent également", à 2,1 milliards d'euros, "soit le flux le plus élevé depuis 2000, mais représentent toujours moins de 5% de l'endettement des ménages", précise cette étude. En dépit de cette évolution, le ratio dettes des ménages sur PIB reste en France "inférieur à ceux observés dans l'ensemble de la zone euro, en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis", précise cependant l'Insee.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :