En finir avec le surendettement

 |  | 556 mots
Le surendettement, plaie française? A en croire les statistiques, jamais autant de ménages n'ont croulé sur les dettes, au point de devoir déposer des dossiers auprès de la Banque de France avec l'espoir d'effacer leur ardoise. Il y a bien sûr ici un effet statistique. La nouvelle réglementation, qui a introduit le mécanisme de la faillite personnelle, a effet ouvert de nouveaux recours. Un effet d'opportunité dont ont voulu profiter de nombreux ménages. Au delà, personne n'ignore que ce sont les familles ou les particuliers les plus fragiles qui ont recours à la facilité du crédit bancaire, et tombent dans le piège: s'endetter à un coût, souvent très (trop?) élevé lorsqu'il s'agit de faire face à des difficultés de trésorerie. Car c'est bien de cela dont il s'agit. Les ménages français, de manière générale, épargnent plus qu'ils ne s'endettent. Et ceux qui souscrivent à un crédit, notamment immobilier, acceptent désormais de le faire pour des montants de plus en plus importants, bulle immobilière oblige, et pour des durées de plus en plus longue. Ils n'ont pas le choix et leurs comportements évoluent pour se rapprocher de la norme européenne.Non, ceux qui ne peuvent payer leurs traites sont conduits à une telle extrémité pour d'autres raisons. Certains, hélas très nombreux, sont confrontés à ce que l'on appelle pudiquement des "accidents de la vie". Entendez la perte de leur emploi, un divorce, etc... Et puis il y a tous ceux qui cèdent aux sirènes du crédit facile. D'autant plus facile qu'il est cher! Pour lutter contre ce réflexe qui consiste à cumuler les crédits, il existe pourtant une solution. Elle s'appelle le "fichier positif". Concrètement, en France, seuls les accidents de paiement sont répertoriés auprès de la Banque de France. Cela s'appelle un fichier négatif. Conséquence: pour peu que vous ayez des revenus réguliers et que vous n'ayez pas été interdit bancaire, il est possible de souscrire en peu de temps des crédits importants, en particulier pour acheter des biens de consommation. Un fichier positif consiste à récapituler l'ensemble des crédits souscrits par une même personne ou un même ménage. Il ne faut dès lors pas être grand clerc pour déterminer si les limites de la solvabilité ont été franchies. Paradoxalement, cette solution ne plaît pas aux banques et aux organismes de crédit. Pour ces professionnels, cela revient à livrer des informations sur leurs clients à leurs concurrents. Le fichier positif pourrait alors devenir un outil marketing quasiment gratuit pour tous ceux qui veulent investir ce marché lucratif. Ce qui est tout simplement impensable pour des établissements qui investissent lourdement dans des outils de "scoring" qui permettent de sélectionner les bon clients. Car c'est tout le paradoxe du surendettement en France: il n'a jamais été aussi élevé et jamais les établissements de crédit n'ont affiché des niveaux de risque aussi bien maîtrisés. Pourtant, pour les presque 200.000 ménages surendettés que compte le pays, sans doute serait-il utile de mettre de côté les traditionnels débats de concurrence. Pour enfin appréhender ce problème dans une perspective citoyenne et socialement responsable.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :