Le dollar a touché son plus haut depuis trois mois

 |   |  411  mots
Le dollar a enfoncé ce matin le seuil de soutien de 1,19 dollar pour un euro, la monnaie unique reculant même jusqu'à 1,1876 dollar, son plus bas niveau depuis le 8 juillet. Et pour cause: la perspective d'un nouveau relèvement des taux directeurs américains se dessine chaque jour un peu plus clairement. Non seulement certains indicateurs américains, comme l'indice ISM manufacturier du mois de septembre, se sont révélés bien meilleurs que prévu, limitant les craintes de récession suite aux ouragans, mais surtout, les tensions inflationnistes liées à l'envolée des cours du pétrole commencent à inquiéter sérieusement les banquiers centraux de part et d'autre de l'Atlantique. Sur le seul mois de septembre, les prix à la production ont ainsi bondi de 1,9% aux Etats-Unis (voir ci-contre).Alors que la faible croissance européenne ne plaide pas en faveur d'un resserrement monétaire, tout porte donc à croire que les Etats-Unis vont continuer à remonter leur taux directeur, renforçant l'attrait du dollar. "Sauf effet récessif (et imprévisible) important des ouragans ou du pétrole, la Réserve fédérale (Fed) devrait continuer à monter graduellement ses taux. La BCE souhaite toujours resserrer sa politique mais attend une confirmation des signes de reprise", estime Marie Brière, chez Crédit Agricole AM, qui table sur des taux directeurs à 4,75% et 2,25% aux Etats-Unis et en Europe d'ici un an.La Fed avait déjà poursuivi son cycle haussier le mois dernier, en relevant le taux directeur d'un quart de point à 3,75%. Après avoir chuté brutalement sous le coup de l'ouragan Katrina fin août, le billet vert a donc rapidement repris le chemin de la hausse en septembre, une fois dissipées les anticipations de pause dans le resserrement de la politique monétaire. Dans le même temps, le dollar a bondi à un nouveau plus haut depuis plus de deux ans face au yen, à 119,99 yens pour un dollar.En fin de journée, l'euro se ressaisissait malgré tout, s'établissant à 1,20 dollar.Tous les membres de la BoE ont voté le maintien des taux à 4,50%C'est ce qui ressort des minutes de la Banque d'Angleterre (BoE) publiées ce matin. Lors de la réunion de politique monétaire des 5 et 6 octobre, la décision de laisser, pour le deuxième mois consécutif, les taux d'intérêt britanniques à 4,50%, après les avoir abaissés de 4,75% à ce niveau en août, avait fait l'unanimité au sein du comité.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :