Agitation autour des Etats déficitaires européens

 |  | 362 mots
Coup de projecteur ce matin sur les mauvais élèves de l'Union européenne en matière de déficit budgétaires. D'après le Financial Times, la Banque Centrale Européenne (BCE), lasse de ses mises en garde infructueuses, serait en passe de monter le ton d'un cran pour sanctionner les pays à la solidité financière chancelante. A cette fin, la BCE pourrait ne plus accepter en garantie de la part des banques commerciales les emprunts d'Etat des pays excessivement déficitaires, dont la dette serait évaluée à moins de "A-" par une des trois grandes agences de notation financières internationales. Réagissant à ces affirmations, Jean-Claude Trichet n'a pas tardé à intervenir sur le sujet lors d'une conférence de presse, indiquant que cette politique était en réalité en vigueur depuis 1999. La Banque Centrale n'a simplement pas eu l'occasion pour le moment d'appliquer une telle sanction. Car à l'heure actuelle, aucun des Etats de la zone euro n'a une notation inférieure à A-, même si certains s'en rapprochent. Selon le Financial Times, ce sont la Grèce - dont le déficit atteint 6,6% du PIB - et l'Italie, respectivement notés A et AA- par Standard & Poors, qui sont pour le moment pointés du doigt par la BCE.Si la Banque Centrale devait faire appliquer sa sanction, les banques commerciales, qui empruntent des liquidités à la BCE en échange d'emprunts d'Etat donnés en garantie, se verraient obligées de proposer des titres mieux notés pour pouvoir emprunter. Du coup, la demande pour les emprunts des Etats sanctionnés fléchirait, ce qui les obligerait à les rémunérer davantage. Les pays sanctionnés ne pourront donc emprunter qu'à des condition bien moins avantageuses. De quoi inciter - de gré ou de force - les Etats trop dispendieux à limiter leur dépenses.Les notations sur la solidité financière des Etats prennent notamment en compte les déficits publics, supposés s'inscrire en deçà de 3% du PIB par les règles du Traité de Maastricht. Les deux poids lourds de la zone euro, la France et l'Allemagne, sont de ce point de vue loin d'être exemplaires.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :