La Fed relève ses taux d'un quart de point à 3,75%

 |  | 552 mots
Lecture 3 min.
Le cyclone Katrina n'aura finalement pas ébranlé l'institution qu'est la Réserve fédérale américaine. Celle-ci a poursuivi aujourd'hui, imperturbable, sur sa lancée des mois précédents en décidant d'un nouveau relèvement de son taux directeur, désormais fixé à 3,75%.C'est la onzième fois consécutive que la Fed relève ses taux d'un quart de point. Depuis qu'elle a entamé ce cycle de hausses, elle a ainsi porté son taux de référence de 1% à 3,75%. Cette décision était attendue par une large majorité des économistes, mais il planait malgré tout un peu plus de suspense que d'habitude. Un certain nombre d'observateurs avaient en effet envisagé que la Réserve fédérale marque une pause dans ses relèvements de taux pour tenir compte des effets du cyclone Katrina sur l'économie américaine. L'évaluation de l'impact de la catastrophe est en effet la grande question qui agite les économistes américains. Le cyclone a ravagé une région vaste, certes, mais qui ne représente que 1% du produit intérieur brut américain. En revanche, il a suscité une flambée des prix de l'essence et a donné aux Américains une piètre image de leur propre pays. Deux éléments susceptibles de peser sur le moral des consommateurs, et donc sur l'activité économique dans les mois qui viennent. Selon le Bureau du budget du Congrès (CBO), le cyclone pourrait amputer la croissance de 0,5 à 1 point au deuxième semestre. En outre, l'emploi verrait sa progression réduite d'environ 400.000 postes d'ici la fin de l'année. De tels facteurs auraient pu inciter la Réserve fédérale à marquer une pause dans la hausse des taux, pour soutenir l'activité. Mais il est probable qu'après avoir marqué le coup dans les derniers mois de 2005, la croissance économique repartira de plus belle en 2006 sous l'effet des efforts considérables qui vont être consentis pour la reconstruction de la région. Le chiffre d'une colossale enveloppe de 200 milliards de dollars de crédits qui pourrait y être consacrée circule largement. C'est ce qui amène la Fed à considérer, selon le communiqué publié mardi soir, que les perturbations causées par Katrina "ont accru l'incertitude à propos des performances économiques à court terme", mais ne présentent pas, en fait "de menace plus durable".Par ailleurs, les tensions inflationnistes résultant de la hausse des prix du pétrole et des carburants sont également prises très au sérieux par la banque centrale des Etats-Unis, dont plusieurs responsables se sont exprimés tout récemment sur ce thème. Or, qui dit menace inflationniste dit relèvement des taux d'intérêt... Là encore, le communiqué publié ce soir se veut malgré tout rassurant: si les coûts élevés de l'énergie sont susceptibles "d'ajouter aux pressions inflationnistes, l'inflation sous-jacente est demeurée relativement basse dans les mois récents et les perspectives d'inflation à long terme demeurent contenues", estime la banque centrale.Dans ces conditions, il est finalement logique que la Réserve fédérale ait préféré ne rien changer à sa ligne d'action. Même si l'un des membres du Comité de la Fed a malgré tout voté en faveur d'un maintien des taux à leur niveau précédent.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :