Pékin évoque une possible réforme de son système de changes

 |  | 561 mots
Lecture 3 min.
Pékin lâcherait-il du lest? Pressée par certains pays industrialisés, notamment les Etats-Unis, le plus gros importateur de produits "made in China", de revenir à un taux de change variable et donc de laisser flotter le yuan, la Chine semble prête à faire des efforts."La Banque de Chine va prendre des mesures pour accélérer le développement du marché des changes, pour faire avancer activement et de manière soutenue la réforme du mécanisme du taux de change yuan/dollar afin de maintenir son taux de change à un niveau approprié et adapté", ont précisé les responsables de la banque centrale chinoise dans un communiqué. "Une partie de la réforme consiste à permettre aux forces du marché de jouer un plus grand rôle dans les transactions interbancaires. Le marché des changes interbancaire est la plate-forme qui détermine le taux du yuan. L'amélioration de la fonction du marché est une partie importante de la réforme du système des changes", a expliqué le responsable du système des changes chinois, Guo Shuking, dans un entretien au China Daily. "Introduire plus de marché", les temps changent décidément dans un pays qui reste encore dirigé par les membres d'un parti unique d'inspiration marxiste-léniniste. Aucune date n'est pour l'instant précisée. "Il n'y a pas de calendrier pour la réforme du taux de change. C'est un travail compliqué et qui doit être effectué pas à pas", a ajouté Guo Shuking. Le yuan et le billet vert sont liés depuis 1994 par une parité quasi fixe au taux de 8,276 à 8,28 yuans pour un dollar. La baisse continue du dollar depuis un an entraîne donc naturellement celle de la monnaie chinoise, ce dont profitent les entreprises exportatrices chinoises, déjà très concurrentielles en raison des faibles coûts de la main d'oeuvre locale.Ce changement du régime de change est-il proche ? Certains économistes semblent en douter. "La Chine est confrontée à une croissance insuffisante si elle n'était tirée que par la consommation des ménages. La stratégie normale de la Chine est alors d'avoir une croissance rapide des exportations (et des investissements liés aux exportations)", explique le directeur des études économiques d'Ixis CIB, Patrick Artus, dans une note récente. La stabilité du change vis-à-vis du dollar est donc indispensable pour maintenir la croissance des exportations chinoises.Autre argument évoqué par les économistes, l'assainissement du secteur bancaire et le développement insuffisant du système bancaire chinois (voir ci-contre). Pour Patrick Artus, "le passage à la flexibilité des changes ne sera possible que lorsque la situation des banques publiques se sera améliorée et lorsque les marchés financiers domestiques aujourd'hui de trop faible taille et trop peu liquides se seront développés. Dans cette situation de sous-développement des marchés, l'épargne s'investit essentiellement en dépôt bancaire. Dans cette situation, la levée des contrôles des capitaux, sans support adéquat pour l'épargne domestique, ferait courir un grave risque de fuite des capitaux et de dollarisation. Le maintien des changes fixes est donc inévitable". Alors, effet d'annonce pour atténuer les pressions américaines ou réelle volonté de modifier un système de change parfaitement adapté pour soutenir la croissance? Réponse dans les prochains mois.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :