Bruxelles revoit en forte baisse ses prévisions de croissance

 |  | 253 mots
Lecture 1 min.
L'avenir s'obscurcit pour l'Euroland. En effet, les prévisions économiques de printemps publiées ce lundi par la Commission européenne n'incitent guère à l'optimisme. Selon Bruxelles, le taux de croissance de la zone euro devrait atteindre 1,6% en 2005, la Commission révisant de 0,4 point sa prévision réalisée en octobre dernier. A cette date, les experts de l'exécutif européen avaient anticipé une croissance de 2% pour 2005, identique à celle enregistrée en 2004. Pour 2006, bien que tablant toujours sur une légère reprise, la Commission révise également à la baisse ses prévisions de croissance. Celle-ci devrait atteindre 2,1% contre 2,2% initialement prévu.Si la croissance du PIB ne devrait pas dépasser 0,8% outre-Rhin et 1,2% en Italie, celle-ci devrait atteindre 2% en France. Une croissance nettement inférieure à celle prévue par le gouvernement qui espère toujours atteindre 2,5%, dans une fourchette comprise entre 2 et 2,5% (voir ci-contre).Dans l'ensemble de l'Union européenne - l'Europe des 25 -, les anticipations de Bruxelles ne sont pas plus réjouissantes. Le taux de croissance a été revu à la baisse, de 2,3% à 2% en 2005. Une reprise plus importante est cependant attendue pour 2006, l'Europe des 25 devant alors enregistrer une croissance de 2,6%, stimulée par "une progression de la demande intérieure et surtout par une forte hausse de l'investissement".Quant au chômage, il devrait rester stable cette année à 8,8% dans la zone euro et à 9% dans l'Europe des 25. Pour 2006, la Commission est plus optimiste, le taux de chômage étant prévu pour reculer à respectivement 8,5% et 8,7% de la population active.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :