La production industrielle américaine recule, les prix remontent

 |  | 481 mots
Lecture 2 min.
Selon le département du Commerce, la production industrielle a reculé de 0,2% entre mars et avril aux Etats-Unis. Les économistes avaient anticipé une progression de 0,2%. En glissement annuel, la production industrielle affiche une hausse de 3,1%.Autre mauvaise nouvelle, les chiffres de mars ont été revus à la baisse, la production n'ayant finalement augmenté que de 0,1% contre +0,3% initialement annoncé.A l'origine de ce recul de la production industrielle, la baisse du taux d'utilisation des capacités industrielles, en repli de 0,2 point à 79,2% en avril, contre 79,4% en mars, nettement en dessous de la moyenne de 81% enregistrée entre 1972 et 2004 par le département du Commerce. Les économistes avaient misé sur une légère progression de cette statistique, à 79,5%. Conséquence du relatif apaisement sur les marchés pétroliers, des bonnes nouvelles concernant les stocks de pétrole ainsi que du réchauffement des températures, le secteur de l'énergie enregistre un recul de 2,3% de son activité. Un recul notable après le bond de 3% signé en mars. Par ailleurs, la production manufacturière est restée stable sur la période. "Cette stabilité est d'ailleurs assez surprenante, l'indice ISM du secteur ayant plutôt laissé augurer une hausse sensible de la production", indique Marie-Pierre Ripert chez Ixis CIB. Un peu plus tôt, le département du Travail avait publié les statistiques concernant l'évolution des prix à la production enregistrés en avril. Ils ont progressé de 0,6%, contre +0,4% attendus par le consensus. De son côté, l'indice de base, qui ne prend pas en compte l'énergie et l'alimentation, affiche une progression de 0,3%, contre +0,2% anticipé.Compte tenu de ces statistiques mensuelles, la hausse des prix à la production s'élève à +4,8% en glissement annuel, celle de l'indice de base s'établit à 2,6%. Cette progression marquée trouve son origine dans le maintien des prix de l'énergie à des niveaux élevés, en dépit du ralentissement de la hausse des cours. Ils ont gagné 2,1% après +3,3% le mois précédent. Le gaz naturel a notamment vu ses prix grimper de 6,6%. Ceux de l'essence et du gaz liquéfié se sont respectivement élevés de 2,6% et 2% en avril. Hors alimentation et énergie, les prix ont été tirés par les cigarettes (+1,2%), les produits pharmaceutiques (+0,9%) et l'automobile (+0,6% pour les petits poids lourds et +0,5% pour les véhicules particuliers). Quant aux prix des biens intermédiaires et des biens non transformés, ils ont augmenté de 0,8% et de 2,7% en avril par rapport à mars.En attendant la publication des statistiques sur les prix à la consommation ce mercredi, cette hausse des prix ne devrait pas modifier l'attitude des gouverneurs de la Fed. Lors de son dernier comité de politique monétaire le 3 mai dernier, la banque centrale américaine avait laissé entendre qu'elle maîtrisait les tensions inflationnistes (voir ci-contre). Elle a également indiqué qu'elle pourrait poursuivre son resserrement monétaire entamé en juin dernier à un rythme seulement "mesuré".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :