Aux Etats-Unis, "festivités" pourrait rimer cette année avec "sobriété"

 |  | 447 mots
Lecture 2 min.
Voilà, en ce jour d'action de grâce (Thanksgiving), lancée la période du shopping de fin d'année aux Etats-Unis. Une période essentielle pour les détaillants, qui font une partie considérable de leur chiffre d'affaires annuel pendant cette seule période. Reste à savoir si les Américains, toujours prêts à mettre la main au portefeuille pour les fêtes, dépenseront plus, moins ou autant que l'an dernier. Certes, ils ont retrouvé le moral, après quelques mois de bouderie à la fin de l'été passé. Mais entre le prix de l'essence, encore élevé, et celui du gaz et du fioul de chauffage qui menace aussi leur porte-monnaie, ils pourraient y regarder à deux fois avant de commettre des folies. D'ailleurs, les spécialistes de Standard & Poor's, qui viennent de publier leurs pronostics, estiment que les ventes de fin d'année devraient se situer en hausse de seulement 3,5 à 4% par rapport à l'an dernier. Il faut dire qu'en 2005, les consommateurs avaient poussé les feux: les ventes avaient augmenté de 6,7% par rapport à 2004. Selon les premières études, les consommateurs devraient dépenser en moyenne 681 dollars cette année, contre 655 l'an dernier. En fait, au-delà des factures de chauffage et d'essence, d'autres éléments, positifs ceux-là, pourraient booster les ventes. Il y a bien sûr, au niveau macro-économique, le fait que le marché de l'emploi est bien orienté, avec un taux de chômage de seulement 5%, ce qui a de quoi rendre plus insouciants les salariés. L'an dernier à la même époque en effet, le taux de chômage s'élevait à 5,5%. En outre, les revenus des Américains, même si leur augmentation ne reflète pas vraiment la situation de quasi plein emploi, pourraient, selon les experts, croître d'ici fin 2005. Enfin, les prix de l'essence ont eu tendance à baisser ces dernières semaines, après le sommet atteint à la suite du passage de l'ouragan Katrina. Sur le terrain, deux éléments sont aussi encourageants. D'abord, les ventes des détaillants se sont affichées en hausse en octobre, et elles pourraient, selon les experts, continuer sur cette lancée. Enfin, et le fait n'est pas négligeable, la période de shopping de fin 2005 comptera un jour de plus que l'an dernier. Les Américains auront donc une occasion supplémentaire de dépenser, en particulier le samedi précédant le jour de Noël. Reste que les détaillants sont toujours un peu nerveux en cette période et pourraient, comme l'an dernier d'ailleurs, pratiquer des rabais très tôt dans la saison. Bref, si les ventes devraient augmenter de ce fait, leurs marges, en revanche, pourraient souffrir.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :