Infineon n'exclut aucune possiblité concernant ses mémoires

 |   |  304  mots
Les dés ne sont pas jetés pour Infineon. Le premier fabricant européen de semi-conducteurs se laisse toutes les portes ouvertes concernant l'avenir de sa division mémoires. Il y a une dizaine de jours, Infineon avait annoncé la scission de l'activité au 1er juillet 2006 en vue de sa mise en Bourse. Mais ce matin, son patron Wolfgang Ziebart a déclaré que toutes les options étaient explorées. "Une coopération avec un partenaire serait possible", a-t-il expliqué dans les colonnes du journal allemand Suddeutsche Zeitung. Autre possibilité, le groupe envisage un "split" du titre, une opération qui octroierait aux actionnaires une action de la nouvelle entité pour chaque titre Infineon détenu. "L'avantage: nous n'aurions pas à nous inquiéter que l'introduction en Bourse ne marche pas, en raison d'une valorisation trop importante ou pour toute autre raison. Mais en même temps, il y aurait des inconvénients. Certains investisseurs seraient taxés sur la deuxième action, comme dans le cas des dividendes", a précisé Wolfgang Ziebart. Concernant l'introduction, la solution qui serait privilégiée, Infineon cherche en ce moment le marché sur lequel placer les titres. "Nous sommes en ce moment en discussions avec des investisseurs et des banques pour savoir quelle place les investisseurs préféreraient. Les uns disent: les titres de semi-conducteurs sont mieux valorisés en Asie mais aussi aux Etats-Unis (...). D'autres sont d'avis que les investisseurs agissent de toute façon à l'international et qu'une cotation en Allemagne n'est pas un inconvénient". Une chose est sûre, le siège de la nouvelle entité restera en Allemagne. "Les salariés peuvent être sûrs que la scission ne nécessitera pas de grands déménagements", a-t-il assuré par ailleurs. A Francfort, le titre a gagné 0,26% à 7,78 euros à la clôture.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :