Havas accélère sa croissance au deuxième trimestre

Même si le premier semestre 2005 a été agité dans le management d'Havas, il n'en demeure pas moins que l'activité a continué sur sa lancée. Sur les six premiers mois de l'année, le groupe publicitaire a généré une marge brute a beau reculer, atteignant 700 millions d'euros contre 748 millions un an plus tôt. Mais cette baisse est due à un changement de périmètre, lié au plan de cession réalisé en 2004. Celui-ci a eu un impact négatif de 50 millions d'euros sur le premier semestre 2004. En outre, les variations de change, ont eu un impact négatif de 14 millions d'euros sur le premier semestre 2005, principalement lié au dollar et à la livre sterling.En revanche, la croissance organique du groupe est restée soutenue. Elle marque même une accélération sur le deuxième trimestre. Elle s'établit à 2,2% sur le premier semestre, dont 3% au deuxième trimestre et 1,4% au premier trimestre. L'objectif annoncé par l'ancien président du groupe, Alain de Pouzilhac, de surpasser la croissance organique du premier semestre 2004, soit 2%, a donc été atteint, principalement grâce à la publicité traditionnelle et l'expertise média.Géographiquement, les zones les plus dynamiques sont celles en développement comme par exemple la zone euro (hors Grande-Bretagne et France). Sur le premier semestre, la croissance organique s'établit à 8,5% notamment grâce à l'activité espagnole, principalement par la vivacité de MPG. De même, les pays de l'est et la Belgique ont généré une croissance organique parfois supérieure à 20 %. En revanche, les marchés traditionnels comme la France, la Grande-Bretagne ou les Etats-Unis, enregistrent une croissance organique faible, de 0,2% à 0,4%.En terme de nouvelles affaires, le deuxième trimestre affiche de belles couleurs. Après avoir compensé les pertes de l'année 2004, lors des trois premiers mois de l'année, Havas a continué sa politique de New Business Net, atteignant près de 500 millions d'euros au deuxième trimestre. Parmi ces nouveaux budgets, on compte notamment la Coupe du monde de rugby 2007 ou encore EDF en France. Pour le groupe, ces chiffres témoignent d'un début de redressement et qu'ils devront être améliorés au cours des prochains mois.Le titre progresse de 3,69% à 4,50 euros à la clôture.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.