La Société Générale dégage une rentabilité insolente

 |   |  557  mots
Après le Crédit agricole mercredi soir, la Société Générale a publié à son tour ce matin des résultats trimestriels très élevés et particulièrement dans ses métiers de financement et d'investissement. La banque a dégagé au troisième trimestre un bénéfice net record de 1,132 milliard d'euros, en progression de 40,4% par rapport à celui du troisième trimestre 2004. Ces performances sont supérieures aux attentes des analystes, qui tablaient au maximum sur 1,04 milliard d'euros de profits.La banque de financement et d'investissement, Société Générale Corporate and Investment Banking (SG CIB), a représenté 43% des bénéfices totaux du groupe. La banque d'affaires a réalisé un bénéfice de 498 millions d'euros, en hausse de 35,5%. Elle a profité de la très bonne tenue des marchés actions durant l'été ainsi que des nombreuses opérations de fusions et d'acquisitions (voir ci-contre). La banque de financement et d'investissement, toujours de plus en plus rentable, a même effectué une reprise nette de provisions de 32 millions d'euros. Preuve que l'activité dégage une rentabilité exceptionnelle, elle a réalisé un rendement sur fonds propres (ROE) de 45,7%.Du côté de son autre grand métier, la banque de détail en France, le groupe a réalisé un bénéfice de 271 millions d'euros, en hausse de 12,9%. Le produit net bancaire (équivalent du chiffre d'affaires) a quant à lui progressé de 5,5% à 1,53 milliard d'euros. Cette amélioration est satisfaisante dans la mesure où le marché de la banque de détail en France est mature et présente donc peu de potentiel de croissance. La Société Générale, qui possède son réseau propre ainsi que celui du Crédit du Nord, explique ce résultat notamment par la production de crédit immobilier qui progresse de 27,3% par rapport à 2004 à 4,8 milliards d'euros.La banque de détail à l'étranger, le nouvel axe de développement de la banque, a vu son bénéfice progresser de 31,9% à 95 millions d'euros et commence donc à peser significativement dans les résultats du groupe puisqu'il représente 9,3% des bénéfices totaux. La Société Générale s'est massivement développée à l'étranger depuis quelques mois comme en Russie ou dans les pays de l'Est et tente maintenant de s'attaquer au Moyen et Proche-Orient (voir ci-contre).Enfin, les services financiers spécialisés, dernier métier sur lequel la Société Générale met particulièrement l'accent, se distinguent également. Regroupant les crédits à la consommation spécialisés, ce pôle a enregistré un bénéfice net de 115 millions d'euros, en progrès de 22,3%.Toujours obsédée par la rentabilité, la Société Générale a dégagé un rendement sur fonds propres (ROE) de 25,2%, qui progresse de 5,7 points par rapport aux 19,5% affiché l'an dernier. Illustrant cette tendance, le coefficient d'exploitation (charges sur produit net bancaire) a reculé de 5,5 points pour atteindre un point bas de 61,9%. Egalement synonyme de profit, le coût du risque, déjà à un niveau historiquement bas l'an dernier, a de nouveau baissé de 7,9% à 199 millions d'euros.Tout cela n'empêche pas l'action de la Société Générale de céder 0,80%, à 99,20 euros, à la clôture. L'action n'en gagne pas moins 34% depuis le début de l'année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :