Volkswagen a limité les dégâts en 2004

 |  | 283 mots
Lecture 1 min.
Bien que dans une situation délicate, Volkswagen est parvenu à maîtriser sa trajectoire en 2004. Certes, en dépit de ventes en hausse de 4,9%, le bénéfice opérationnel hors exceptionnels du constructeur allemand a reculé de 12,3% l'an passé. Toutefois, à 2,015 milliard d'euros, il est légèrement supérieur aux prévisions du marché (1,93 milliard d'euros selon Reuters) et surtout aux propre pronostic du groupe. Incapable de tenir son précédent objectif de 2,5 milliards d'euros, Volkswagen avait été contraint de l'ajuster en juillet dernier, prévoyant alors un résultat opérationnel annuel d' "au moins 1,9 milliard d'euros".Au niveau du résultat net part du groupe, la chute est un peu plus lourde. Elle dépasse les 30%, avec un bénéfice de 677 millions d'euros. Le constructeur met en cause "la concurrence toujours forte" (GM et Toyota mènent une guerre des prix sur le marché chinois et Volkswagen est jugé peu offensif aux Etats-Unis), les "effets de change négatifs" ainsi que "la hausse des prix des matières premières".Dans ces conditions, Volkswagen n'a dû son salut qu'au plan d'économies "ForMotion". Ce programme, qui lui a coûté 395 millions d'euros sur l'exercice, lui a permis d'économiser 1,6 milliard d'euros, d'où un solde net de quelque 1,2 milliard.Le marché a réservé un accueil favorable à ces chiffres. Dans le rouge au cours de la matinée, le titre a inversé la tendance à la publication pour gagner 2,65% à la clôture. En marge des résultats, l'annonce du maintien du dividende à 1,05 euro par titre n'y est certainement pas étrangère, alors que les analystes redoutaient une politique de distribution moins généreuse que l'année précédente.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :