Euronext favorable à une offre en cash sur la Bourse de Londres

Alors que les dirigeants de Deutsche Börse et du London Stock Exchange (LSE) ont eu ce jeudi une rencontre qualifiée par le groupe allemand d'"amicale, professionnelle et constructive", Euronext s'est rappelé au bon souvenir de chacun en indiquant qu'il est toujours en course pour le rachat de la Bourse de Londres. Certes, "à ce stade, aucune assurance ne peut être donnée qu'une quelconque offre sera faite", annonce un communiqué diffusé jeudi. Mais si une offre devait être formulée, elle le serait très probablement "uniquement en numéraire", précise l'opérateur des places de Paris, Bruxelles, Lisbonne et Amsterdam.Euronext avance donc un pion de plus dans l'opération de séduction qui se déroule actuellement. Le groupe de Jean-François Théodore, qui devrait également rencontrer l'état-major du LSE d'ici demain, a déjà l'avantage d'utiliser les mêmes services de compensation et de règlement-livraison que le LSE et de détenir le marché londonien des dérivés. Face à lui, Deutsche Börse ne peut pas mettre en avant la même logique industrielle, mais il serait prêt, selon une source informée relayée par l'AFP, à transférer à Londres la direction de son marché des dérivés Eurex. Et surtout il dispose d'un atout de poids: sa puissance de feu financière, avec une trésorerie et une capitalisation bien supérieures à celles de son concurrent.Si le prix a toujours son importance dans ce genre d'affaires, il devrait ici être particulièrement regardé tant l'action du LSE a flambé ces derniers temps. Elle s'est appréciée de 67% depuis la fin octobre pour s'échanger à l'heure actuelle autour de 585 pence. Bref, les propositions devront être bien plus généreuses que les 530 pence par action (soit un total de 1,35 milliard de livres) initialement offerts par Deutsche Börse en décembre. Longtemps, le prix de 580 pence a été avancé. Mais désormais d'aucuns n'hésitent plus à évoquer 600 pence. Ce qui valoriserait l'ensemble du LSE à 1,5 milliard de livres, soit près de 2,2 milliards d'euros.Avec un trésor de guerre estimé à 1,8 milliard d'euros, Deutsche Börse a une marge de manoeuvre suffisante. Pour Euronext, la partie sera en revanche plus serrée. Les fonds mobilisables immédiatement par Euronext sont estimés seulement au tiers de ceux de son concurrent. Bref, s'il veut l'emporter, Euronext devra obligatoirement avoir recours à un lourd endettement. Fin décembre (voir ci-contre), on évoquait d'ailleurs un emprunt (dette bancaire et obligataire) de 1,4 milliard de livres, soit 2 milliards d'euros.latribune.frDes volumes de transactions en hausse de 13,5% en 2004L'an passé, 134,5 millions de transactions ont été enregistrées sur les marchés cash d'Euronext. Les volumes en jeu ont atteint 1.543 milliards d'euros, soit 13,5% de plus qu'en 2003. Du côté des dérivés, c'est un record qui a été réalisé sur Euronext.liffe avec plus de 790 millions de contrats et options (+14% en un an). Toutes les familles de produits ont affiché des progressions.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.