Les Postes européennes se préparent à la concurrence totale

 |   |  547  mots
Privatisation, prise de contrôle, ou presque, par un concurrent étranger, irruption de fonds d'investissement dans le capital: ces opérations, devenues banales dans le monde des entreprises, s'étendent désormais jusqu'aux services postaux, comme le montre l'ouverture du capital de La Poste belge rendu publique ce matin.Le gouvernement belge a en effet annoncé une restructuration profonde du capital de La Poste. Un consortium comprenant la poste danoise et le fonds d'investissement britannique CVC Partners va acheter la moitié du capital de l'établissement belge, moins une action. L'Etat belge conservera la majorité avec 50% des actions plus une.L'opération, pour laquelle les deux groupes étrangers vont payer 300 millions d'euros, vise à mettre en place un "partenariat stratégique", dans la perspective d'une possible "libéralisation totale des services postaux européens en 2009", a précisé dans un communiqué CVC, qui possède déjà de son côté 22% de Post Danmark. Elle va permettre à deux établissements postaux de taille moyenne de regrouper leurs forces face aux géants européens du secteur qu'il leur faudra à terme affronter directement.La Poste belge a d'ores et déjà lancé un programme de modernisation, comprenant la construction de nouveaux centres de tri, la mise en place d'un nouveau système informatique et la réorganisation de ses circuits de distribution du courrier. Mais cela risque de ne pas suffire, au vu du "big bang" que va affronter le secteur dans les années qui viennent.Sous la pression de la Commission européenne, la distribution de courrier est en effet engagée dans un processus d'ouverture radicale. Dès le 1er janvier prochain, la limite basse des services "réservés" aux opérateurs historiques va être divisée par deux, passant des courriers de 100 grammes au moins à ceux de 50 grammes. De quoi ouvrir à la concurrence une proportion considérable du transport de courrier.Et ce n'est pas tout. Bruxelles envisage une libéralisation complète pour 2009 en fonction des conclusions d'une étude sur le sujet qui doit être présentée avant le 31 décembre 2006.Confrontées à ces perspectives, les anciennes administrations que sont les postes nationales se sont préparées à des rythmes très différents. La TNT néerlandaise et surtout la Deutsche Post ont été privatisées et sont devenues des groupes redoutables dans leur secteur. La Deutsche Post n'ambitionne rien de moins que de devenir leader mondial du courrier et de la logistique. Ce qui l'a amenée par exemple, le mois dernier, à acheter pour 5,5 milliards d'euros le groupe britannique de logistique Exel (voir ci-contre).Dans ce paysage mouvementé, La Poste française tente de trouver sa voie entre préparation à la concurrence à outrance et respect des traditions sociales françaises. La Poste cherche ainsi à rationaliser son réseau en introduisant des notions comme celle des "relais Poste" mis en place chez des commerçants, là où la présence d'un bureau n'est plus économiquement justifiée.L'entreprise publique, qui met en place sa Banque postale, lance également la rénovation de ses 130 centres de tri et la création de plusieurs dizaines de plates-formes ultra-modernes. Reste à savoir si de telles mesures suffiront face à des concurrents qui adoptent de plus en plus totalement la logique des entreprises privées du secteur concurrentiel.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :