Le marché automobile européen a terminé 2004 sur une bonne note

 |  | 368 mots
Lecture 2 min.
Le rebond de novembre n'aura pas été qu'un feu de paille. En décembre, le marché automobile européen est resté dynamique avec des ventes en progression de 7,7% en Europe occidentale (les 15 plus anciens membres de l'Union européenne plus la Suisse, la Norvège et l'Islande). D'après les chiffres fournis par l'Acea (Association des constructeurs européens d'automobiles), le bilan annuel fait donc apparaître une progression du marché de 2,1% avec plus de 14,5 millions d'unités écoulées.Pour les nouveaux pays membres de l'Union, les chiffres sont un peu moins bons. Le marché s'est affaissé de 5,6%, ramenant le bilan pour l'ensemble de l'Europe à +1,7%. Si quatre des cinq plus grands marchés européens (France, Italie, Espagne et Allemagne) ont progressé en décembre, leurs performances annuelles restent néanmoins mitigées. Exceptée l'Espagne où les immatriculations ont augmenté de 9,8% en 2004, les autres pays (y compris le Royaume-Uni) ont vu leur marché automobile stagner. Les plus belles progressions sont à mettre à l'actif des pays aux volumes plus confidentiels comme le Danemark (+25,4%), la Grèce (+12,6%) ou les pays baltes.Chez les constructeurs, le premier élément qui frappe est la méforme des groupes français sur le continent européen. PSA et Renault l'avait déjà évoqué en présentant leurs résultats commerciaux annuels. Le premier a reculé de 3,3% en Europe de l'Ouest en 2004 et le second de 1,1%.Les Allemand s'en sont un peu mieux sortis, à l'exception de DaimlerChrysler dont les ventes ont baissé de 1%. BMW en tête (+12,2%), tous les autres groupes allemands affichent des performances positives. Même Volkswagen, après un début d'année difficile (sa nouvelle Golf a eu du mal à convaincre), est parvenu à redresser la barre pour terminer l'année avec une hausse de ses ventes de 1,5% sur la zone.Mais sans surprise, tant leurs résultats des mois précédents étaient éloquents, ce sont les groupes asiatiques qui sont sortis vainqueurs en 2004 en Europe. Nissan a trébuché (-8,2%). Mais pour les autres, les résultats commerciaux s'échelonnent de +7,1% pour Toyota à +44,4% pour Kia. Enfin, Fiat, qui aligne des performances en dents de scie depuis des mois, a terminé l'année avec des ventes identiques à celles de 2003.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :