Capgemini sous pression après la dégradation de sa note

Coup dur pour Capgemini. La SSII est chahutée en Bourse, avec une chute de près de 5% à l'ouverture, après avoir vu sa note financière abaissée par l'agence de notation Standard and Poor's. Cette dernière a en effet ramené sa note sur Capgemini au rang d'obligation pourrie, à BB+, contre le rang d'obligation spéculative de BBB- qu'elle occupait jusqu'à présent. S&P garde en outre une perspective négative sur la note d'endettement du groupe."Le déclassement témoigne de notre opinion suivant laquelle les marges de Capgemini n'augmenteront pas suffisamment vite pour préserver la précédente note", explique Standard and Poor's. L'agence estime que la marge opérationnelle devrait être inférieure à 1% en 2004. Même si elle devrait progresser pour 2005 et être supérieure à 3%, elle resterait "nettement inférieure à celle des autres acteurs du secteur, qui s'établit généralement autour de 5%", ajoute S&P.En outre, les activités nord-américaines de la SSII française inquiètent les analystes de S&P, qui pourraient encore réduire d'un cran la note du groupe "si la liquidité de la société, qui actuellement est bonne, s'affaiblissait notablement".La réaction de Capgemini ne s'est pas fait attendre. "Capgemini tient à déclarer qu'elle est en complet désaccord avec cette opinion dans la mesure où ses échanges avec Standard and Poor's avaient mis en évidence l'amélioration opérationnelle constatée depuis plusieurs mois et la solidité de sa structure financière", s'insurge la société dans un communiqué.Le groupe confirme en outre son objectif de marge d'exploitation de 2% pour le second semestre 2004 et sa confiance dans le fait que cette marge devrait "continuer de s'améliorer au cours de l'exercice 2005".Capgemini ajoute par ailleurs qu'il dispose d'une trésorerie nette au 31 décembre 2004 supérieure à 350 millions d'euros. Cherchant à rassurer le marché on ne peut plus échaudé par la nouvelle, Capgemini assure que le groupe "n'a aucune raison de craindre que ses contrats commerciaux soient affectés par l'opinion de Standard and Poor's". Le groupe précise même que le seul contrat stipulant une clause de résiliation dans un cas d'abaissement de sa note est celui signé avec le producteur d'énergie texan TXU. Mais ce dernier a confirmé qu'il maintenait le contrat en l'état.Malgré cette vive réaction, Capgemini risque toutefois d'avoir du mal à convaincre les investisseurs. "Le problème c'est que cela fait quatre ans que Capgemini donne de bonnes indications pour l'année suivante, sans que cela se concrétise. Pour 2004, la direction a d'abord donné une fourchette de marge de 2% à 3% pour le second semestre, avant de la ramener à 2% trois semaines plus tard", expliquait ainsi à latribune.fr l'analyste Lionel Pellicer en novembre dernier (voir ci-contre). A la clôture, l'action chutait encore de 1,23% à 23,38 euros. Sur un an, elle recule de près de 39%.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.