Oracle augmente son offre sur Retek face à SAP

SAP livrera-t-il bataille? C'est la question que se pose actuellement le numéro un mondial du progiciel d'entreprises. Car, pour la deuxième fois, Oracle est venu surenchérir afin d'emporter Retek, convoité par SAP. Le groupe de Larry Ellison a donc fait une offre à 11,25 dollars par titre, valorisant la cible à 630 millions de dollars. Cette proposition est supérieure à la dernière en date de SAP, établie à 11 dollars par action Retek. Pour l'instant, Oracle ne s'exprime pas sur ses intentions. Avant cette dernière contre-attaque d'Oracle, SAP précisait dans un communiqué que son offre était la "meilleure et la dernière". A l'origine, le groupe allemand avait proposé 8,50 dollars par action Retek, soit un total de 497 millions de dollars. Il se montre désormais prêt à offrir 22% de plus.Du côté d'Oracle, on n'a eu de cesse de se positionner juste au-dessus de SAP. La première offre était établie à 9 dollars par action, soit 504 millions de dollars. Sa dernière surenchère est ainsi de 25% supérieure à sa proposition initiale. En outre, Oracle possède d'ores et déjà 10% du capital de Retek. Pour l'Américain, la reprise de Retek présente l'opportunité de renforcer ses positions dans la distribution et de préserver sa place de leader aux Etats-Unis. "Nous avons l'intention de défendre notre position de numéro un. Des clients nous ont dit qu'ils souhaitaient qu'Oracle achète Retek", a souligné Oracle précisant que les applications de Retek sont basées sur la plate-forme technologique d'Oracle. L'un des joyaux de Retek réside dans sa chaîne de magasins de produits électroniques, Best Buy, première du secteur aux Etats-Unis. "Son acharnement pour reprendre PeopleSoft montre qu'Oracle est plutôt insensible à la question du prix lorsqu'il s'agit de mener des acquisitions considérées comme stratégiques", a commenté dans une note la banque Sanford C. Bernstein. "Si SAP achetait Retek, la position d'Oracle dans la distribution pourrait être menacée". En reprenant Retek, SAP réaliserait sa plus grosse acquisition. Le groupe allemand a déclaré plus tôt dans le mois qu'en intégrant Retek il serait mieux armé pour proposer à ses clients un moyen "malin et sans peine" d'intégrer l'ensemble de leurs programmes.En fin de matinée, vendredi à New York, l'action Oracle perd 1,67% à 12,94 dollars, tandis que Retek cède 1,8%, à 11,44 dollars.
En direct dès 8h30 - Une époque formidable

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.