Le fonds TCI voudrait une fusion Deutsche Börse-Euronext

 |  | 426 mots
Lecture 2 min.
TCI ne désarme pas. Hier pourtant, le fonds d'investissement a obtenu la démission du patron de la Deutsche Börse, Werner Seifert, dont il critiquait la stratégie (voir ci-contre). Mais visiblement, cela ne suffit pas à ce fonds spéculatif, qui détient quelque 8% de l'opérateur de Bourse allemand.Ce mardi, il revient à la charge dans la presse allemande en évoquant ses projets pour Deutsche Börse. Des projets pour le moins ambitieux. Si TCI n'a eu de cesse de critiquer le projet de reprise du London Stock Exchange (LSE) par Deutsche Börse - le principal grief adressé à Werner Seifert -, il propose désormais tout simplement une fusion du groupe allemand avec son homologue Euronext."Ce serait fantastique. Du point de vue de leur structure, les deux [plate-formes] iraient bien ensemble. Cela serait plus sensé qu'une acquisition coûteuse du London Stock Exchange", a indiqué l'un des dirigeants du fonds, Patrick Degorce, dans un entretien au quotidien allemand Handelsblatt.Techniquement, le projet lui semble en tout cas réalisable. Il fait valoir que la moitié des actionnaires de Deutsche Börse détiennent parallèlement 50% du concurrent paneuropéen. Financièrement, l'idée lui paraît aussi prometteuse. Dans un entretien à paraître jeudi dans l'hebdomadaire WirtschaftsWoche, Patrick Degorce ajoute: "nous soutenons tout ce qui améliore la valeur de Deutsche Börse. On pourrait par ce biais réduire les coûts de règlement/compensation pour les utilisateurs. Cela serait bon pour les marchés financiers européens".Et les suggestions du fonds-actionnaire ne s'arrêtent pas là. TCI a aussi une proposition à faire quant au remplacement du président du conseil de surveillance, Rolf Breuer, également démissionnaire mais qui restera en poste jusqu'à la fin de l'année. Patrick Degorce a mis en avant le nom de Friedrich Merz, avocat et membre du CDU, dont il est l'un des spécialistes pour les questions financières.Bref, TCI ne relâche pas la pression. C'est en tout cas l'impression que donnent ces diverses interventions. Très critique vis-à-vis de l'ancienne direction qui avait pris l'initiative de lancer une offre sur le LSE sans avoir consulté les actionnaires, TCI veut certainement montrer que désormais il veille au grain.latribune.frPas de commentaire chez EuronextInterrogé pas l'AFP, un porte-parole de l'opérateur paneuropéen a indiqué que le groupe ne faisait pas de commentaire sur les propos de TCI. Une source proche du dossier a toutefois indiqué à l'agence de presse qu'Euronext restait "concentré sur le dossier LSE".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :