Total a battu tous les records de bénéfices en 2004

 |  | 541 mots
Lecture 3 min.
Avec un baril de Brent en hausse de 33% sur l'année et des marges de raffinage européennes en progression de 57%, l'environnement a nettement favorisé les pétroliers en 2004. Total a su en tirer profit. A la faveur d'un dernier trimestre dans la lignée des précédents (l'opérationnel a notamment gagné 58%, à 5,08 milliards d'euros, ressortant au-dessus des attentes), le Français a dégagé des résultats record l'an passé.Son résultat net ajusté (qui exclut les exceptionnels et sert de référence au marché) a ainsi progressé de 23% en 2004, franchissant la barre des 9 milliards d'euros, à exactement 9,04 milliards. Et encore, Total a-t-il été freiné par la faiblesse du dollar. Exprimé dans la devise américaine (comme chez ses concurrents), son bénéfice fait ressortir une hausse de 35% sur l'année.Le résultat opérationnel des secteurs est de la même veine. A 17,12 milliards d'euros, il s'est apprécié de 32%, chaque branche apportant une contribution positive. L'amont (exploration-production) a vu son résultat opérationnel grimper de 22% à 12,82 milliards d'euros. La production d'hydrocarbures a augmenté de 2% sur l'exercice.Soutenu par des marges de raffinage toujours élevées, le résultat de l'aval (raffinage-distribution) a quant à lui gagné 63%, à 3,21 milliards d'euros. Les volumes raffinés sont pratiquement restés stables, faisant ressortir un taux d'utilisation des raffineries de 93% sur l'année. Enfin, la chimie s'est montrée particulièrement dynamique avec des bénéfices en hausse de 95%, à 1,09 milliard d'euros. Le rebond des marges pétrochimiques a été un soutien, explique Total.Pour 2005, le groupe parle d'un environnement pétrolier qui "demeure favorable avec un prix du pétrole brut élevé, des marges de raffinage à un bon niveau bien qu'en retrait par rapport au quatrième trimestre 2004 et un environnement globalement favorable pour la chimie, alors que le dollar reste faible".Mais Total n'en oublie pas pour autant les éléments chiffrés qui plaisent au marché. Après les multiples déconvenues de Shell en la matière, le groupe a fait un point sur l'état et le renouvellement de ses réserves. Le taux de renouvellement selon les nouveaux critères de la SEC est de 120% pour les filiales consolidées et de 106% pour l'ensemble des filiales. Au niveau de production actuel, cela assure au groupe une production de 11,8 années.Le dividende sera enfin augmenté de 15%, à 5,40 euros, soit 20 centimes de mieux que ce qu'attendait le marché. Et le pétrolier de préciser qu'il "entend par ailleurs poursuivre une politique dynamique de dividende avec un objectif de taux de distribution de 50% à moyen terme".L'action Total gagne 0,93% en fin de journée, à 174,20 euros.latribune.frPas de vente d'actions Sanofi-Aventis dans l'immédiatLe PDG de Total, Thierry Desmarest, a annoncé que le groupe pétrolier ne cédera pas à court terme ses 12,99% du laboratoire pharmaceutique. En 1999, Total et L'Oréal, à l'époque actionnaires de Sanofi-Synthélabo, avaient conclu un pacte qui est arrivé à expiration le 2 décembre 2004 et n'a pas été renouvelé. "La fusion se passe bien, on souhaite voir se traduire dans les chiffres cette opération avant d'éventuellement se désengager, mais un désengagement n'est pas aujourd'hui d'actualité et il serait de toute manière très progressif", a expliqué Thierry Desmarest.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :