HSBC termine l'année 2004 à un niveau record

 |  | 495 mots
Avec une hausse de 35% du résultat avant impôt et amortissement des survaleurs, à 19,4 milliards de dollars, HSBC a de quoi se réjouir : "2004 a été une nouvelle année faste pour HSBC. Les performances tout à fait satisfaisantes du premier semestre se sont confirmées et nous avons encore amélioré nos résultats par rapport au niveau record de 2003", s'est d'ailleurs félicité Sir John Bond, le président du groupe, dans un communiqué. La banque britannique a toutefois enregistré un bénéfice avant impôt de 17,6 milliards de dollars, un peu inférieur aux attentes des analystes interrogés par l'agence AFX, qui tablaient sur un résultat compris entre 17 et 19 milliards de dollars. Le bénéfice net part du groupe progresse lui aussi de 35% à 11,8 milliards de dollars. Par action, le bénéfice net s'affiche en hausse de 30% à 1,09 dollar.Pour atteindre ces résultats records, le groupe a bénéficié d'une hausse de 23% de son produit net bancaire, par rapport à 2003, à 50,6 milliards de dollars. "La croissance de nos revenus a été observée à la fois sur l'ensemble des principales zones géographiques sur lesquelles nous intervenons et sur l'ensemble de nos métiers qui affichent tous des résultats record", explique le groupe dans un communiqué.En outre, HSBC a profité d'un faible coût du risque. "La qualité du crédit a continué de bénéficier d'une conjoncture favorable tout au long de l'année 2004. Par conséquent, nous enregistrons une amélioration générale du taux de défaillance par rapport à 2003, tant dans les prêts aux particuliers que dans le crédit aux entreprises", précise la banque, qui a constaté que dans ce segment, "les besoins en provisions se sont avérés particulièrement faibles".Le groupe, qui continuera d'investir pour se développer, notamment en Chine, est optimiste vis-à-vis de ses résultats 2005. "Notre principal objectif pour 2005 est d'accroître encore nos revenus et d'améliorer notre productivité. HSBC n'a jamais connu autant de possibilités de renforcer sa rentabilité, tant sur le plan géographique que par ligne de clientèle. Nous devons à présent nous efforcer de pouvoir y répondre pleinement", précise le groupe.En Bourse, le titre recule toutefois en fin de séance. Il chute de 2,97% à 866,50 pence.Le CCF profite de la baisse du coût du risqueLa banque française, filiale de HSBC, a enregistré pour un bénéfice net en progression de 16,2% par rapport à 2003, à 729 millions d'euros. Le produit net bancaire de l'établissement s'est établi à 2,4 milliards d'euros, en progression de 4% d'une année sur l'autre. Alors que les charges d'exploitation ont progressé en 2004, le résultat brut d'exploitation s'est affiché en baisse de 10,3% à 656 millions d'euros. Le groupe bénéfice en revanche d'une baisse du coût du risque, qui lui a permis d'enregistrer une reprise de provision de 43 millions d'euros, contre une provision de 138 millions d'euros l'année précédente.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :