Société Générale dépasse largement les attentes

Les analystes s'étaient montrés trop prudents. Au cours du premier trimestre, les résultats de Société Générale ont largement dépassé leurs attentes. Ainsi, le résultat brut d'exploitation (RBE) est ressorti à 1,72 milliard d'euros (+35,7%), là où les observateurs n'espéraient en moyenne que 1,41 milliard.Une raison à cela: si les frais généraux ont augmenté plus vite que prévu (+10,4% contre +5,8% attendu), l'activité s'est dans le même temps révélée bien plus soutenue que ne l'espéraient les analystes. A plus de 4,7 milliards d'euros, le produit net bancaire (PNB) s'est envolé de 19,6% alors que les professionnels visaient une hausse de seulement 7,7%.Même chose au niveau du bénéfice net. Le marché craignait un léger repli en raison de moindres plus-values par rapport à l'an passé, où le groupe avait enregistré un gain important avec la cession de sa part dans Sophia. Il n'en a rien été. Les plus-values n'ont pas été divisées par dix comme redouté. Diverses cessions ont permis à la banque d'empocher 166 millions de plus-values (contre 238 millions il y a un an). Le résultat net a du coup gagné 40,6% à 1,22 milliard d'euros, le charge du risque restant par ailleurs maîtrisée (elle a été divisée par trois).En cette période charnière, certains pourraient être tentés d'attribuer l'écart entre estimations et résultats réalisés au passage aux normes IFRS. Mais le groupe précise que, conformément à ses attentes, l'impact en est "très limité".Dans un environnement "relativement favorable", la banque a donc tout simplement tiré profit de la "forte croissance organique de ses revenus" (+18,4%). Une croissance dont le marché n'avait visiblement pas pris la pleine mesure. La banque précise par ailleurs que "les revenus progressent de façon sensible dans tous les métiers".Société Générale insiste notamment sur le dynamisme de son pôle banque de financement et d'investissement qui, avec des revenus de 1,55 milliard d'euros (+31,6%), a réalisé "une début d'année exceptionnel". Parallèlement, la banque de détail en France se comporte toujours bien avec des revenus similaires (en hausse de 5,9% à 1,52 milliard d'euros). Toutefois, c'est à l'étranger que la banque de détail a connu sa plus forte envolée, avec un bond de l'activité de 29,1% à 541 millions d'euros.Enfin, en gestion d'actifs, les revenus ont progressé de 10,5% à 602 millions d'euros. A la fin du premier trimestre, la banque, via ses diverses filiales, gérait 326 milliards d'euros d'actifs, confortant "sa position de quatrième groupe bancaire gestionnaire d'actifs de la zone euro".A la clôture, le titre gagne 0,49% à 81,30 euros à la Bourse de Paris.
En direct dès 8h30 - Une époque formidable

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.