Ryanair redoute une baisse des tarifs de ses concurrents

 |  | 341 mots
Lecture 2 min.
La stratégie de Ryanair a payé au premier semestre. La compagnie aérienne à bas coût, qui a fait le choix de ne pas répercuter dans ses tarifs la hausse du prix du carburant, affiche un résultat semestriel record. Sur les six premiers mois de son exercice 2005-2006 (clos au 31 mars), le groupe affiche ainsi un bénéfice net de 237 millions d'euros, en hausse de 18% par rapport à l'année précédente.Cette forte progression du bénéfice, qui se traduit par action par un résultat net de 0,31 euro, est due à la croissance du trafic passagers de 29% sur le semestre, à 18 millions de personnes, et une hausse de 33% du chiffre d'affaires à 946 millions d'euros."Ces chiffres record en termes de trafic et de résultat traduisent le succès de la stratégie tarifaire de Ryanair malgré les difficultés de marché caractérisées en particulier par une forte hausse du prix du carburant et une intense concurrence", explique le groupe dans un communiqué.En effet, le groupe a encore profité de la hausse des tarifs que les autres compagnies imposent à leurs clients, à l'image de British Airways ou Air France. Il a réussi ainsi, par la hausse de ses fréquentations, à compenser une progression de 108% de sa facture de carburant, à 237 millions d'euros sur le semestre. Ryanair précise par ailleurs qu'il continue de réduire ses autres coûts de fonctionnement pour faire face à cette situation.Mais cette situation risque de changer, forçant le groupe à rester prudent sur ses perspectives malgré ses bons résultats. Il craint en effet que les autres compagnies baissent leurs prix en fin d'année pour attaquer les low-costs sur leur terrain. Cette situation devrait sans doute peser sur l'avantage concurrentiel de Ryanair. Du coup, le groupe anticipe une baisse de ses revenus par passagers sur le quatrième trimestre, de l'ordre de 5% à 10%. Cette crainte pèse sur le titre du groupe, même si Ryanair confirme ses objectifs annuels. En Bourse, l'action recule de 4,14% à 6,71 euros, à la clôture.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :