Oracle contre l'offre de SAP dans le rachat de Retek

 |  | 398 mots
Dans le monde de la consolidation du logiciel, il est écrit qu'Oracle opèrera uniquement par opération hostile. Après la bataille de 18 mois pour mettre la main sur PeopleSoft, le groupe se lance dans une nouvelle conquête. Il a ainsi lancé une contre-offre sur le rachat de Retek, alors que ce dernier a déjà donné son aval à SAP. Ce dernier a en effet conclu il y a 10 jours un accord de reprise de ce concurrent de taille moyenne. Mais par surprise, Oracle a surenchéri mardi soir après la clôture des marchés financiers. Il offre ainsi 9 dollars par titre Retek, soit une prime de 50 cents par rapport à la proposition de SAP. L'offre d'Oracle valorise ainsi Retek 504 millions de dollars, contre 497 millions pour SAP. L'éditeur de progiciel allemand a déjà acquis 10% du capital de Retek, tandis que son offre publique d'achat doit commencer aujourd'hui. C'est aussi le cas de celle d'Oracle. "Nous prévoyons de démarrer l'offre de rachat le 9 mars, essentiellement dans les mêmes termes et conditions que SAP mais à un prix plus élevé", a écrit Oracle au conseil d'administration de Retek. "Nous allons également envoyer les notifications pour fusion aux autorités". Pour l'instant, SAP n'a pas officiellement commenté l'annonce d'Oracle. Le PDG du groupe américain Larry Ellison s'est justifié en affirmant qu'il s'agissait de protéger la part de marché du groupe en Amérique du Nord. "Les applications entreprises d'Oracle en Amérique du Nord sont plus importantes que celles de SAP. Et nous voulons défendre notre place de numéro 1", explique Larry Ellison dans un communiqué.Retek est spécialisé dans les logiciels et services informatiques pour le commerce de gros et de détail. Le groupe, qui emploie 525 salariés, a réalisé en 2004 un chiffre d'affaires de 174,2 millions de dollars. Pour SAP, le rachat de l'Américain s'inscrit dans la volonté d'occuper le terrain aux Etats-Unis alors qu'Oracle et PeopleSoft finalisent leur fusion. SAP avait déjà annoncé mi-janvier le rachat de TomorrowNow, petite société américaine spécialisée dans les services pour les utilisateurs de logiciels de PeopleSoft.La contre-offre d'Oracle pourrait marquer le début d'une succession d'enchères. Les investisseurs croient en tout cas à ce scénario. Le titre de Retek s'appréciait de 21,65% à 10,45 dollars en fin de matinée mercredi soir à New York.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :