Nortel mène enfin à bien la révision de ses comptes

 |   |  579  mots
Au terme de neuf mois d'une minutieuse enquête interne, Nortel a enfin publié ses résultats corrigés pour les années 2001, 2002 et 2003, après avoir été notamment accusé d'avoir gonflé son activité au cours de cette période. Finalement, cette révision l'amène à réduire les pertes enregistrées en 2001 et en 2002. L'équipementier télécoms canadien a ramené le déficit 2001 à 25,72 milliards de dollars contre 27,3 milliards, tandis que le chiffre d'affaires est finalement ressorti à 18,9 milliards de dollars, au-dessus des 17,4 milliards précédemment publiés. Ces chiffres sont en ligne avec les prévisions de décembre du groupe, qui dressaient un premier bilan des nouveaux comptes.En 2002, la perte a été réduite à 2,994 milliards de dollars, un chiffre meilleur que les 3,27 milliards précédemment publiés. Les revenus ont aussi été revus à la hausse à 11 milliards de dollars. Nortel se situe ainsi au dessus de ses dernières prévisions. En revanche, sur l'exercice 2003, si les ventes ont été revues en légère hausse à 10,19 milliards de dollars, le bénéfice, d'abord ressorti à 732 millions de dollars, a été largement amputé puisqu'il plafonne selon les nouveaux comptes à 434 millions de dollars. Ce chiffre est finalement en deçà des dernières promesses du groupe. Nortel doit encore publier ses comptes annuels 2004, mais a d'ores et déjà spécifié qu'il était dans l'incapacité de donner une date.Les malversations, dont l'existence a été révélée en 2004, sont le fait d'une poignée de hauts dirigeants. Ces derniers ont maquillé les comptes de ces dernières années, tantôt en les gonflant, tantôt en les dégonflant, de sorte à ce que la ligne finale du compte de résultat leur permette de toucher leur bonus. Ainsi, les comptes 2002 ont-ils été maintenus artificiellement plus négatifs qu'ils ne l'étaient en réalité, afin que l'année 2003, année des primes, montre une sensible amélioration. D'ailleurs, certains des dirigeants n'ayant pas trempé dans l'affaire mais ayant quand même touché des primes ont accepté de rembourser 8,5 millions de dollars à l'entreprise.Le travail de titan de révision des comptes a été effectué sous l'égide du nouveau PDG de la société William Owens, venu remplacer Franck Dunn. La comptabilité de la société réalisée sous le règne de ce dernier fait actuellement l'objet de diverses enquêtes aux Etats-Unis et au Canada. En même temps que la révision des comptes, le nouveau PDG a lancé l'an passé un vaste plan d'économies et de restructuration portant sur la suppression de 3.250 postes. Et ce afin de donner un coup de fouet aux bénéfices de l'entreprise, dont la conduite de ces opérations comptables a quelque peu cassé la dynamique.En parallèle de cette publication, Nortel a annoncé la création d'un "comité d'éthique" rendant compte directement au PDG et au président du Conseil d'administration. Cette dernière instance va bientôt subir un important remaniement, dans la mesure où cinq de ses membres, dont son président L.R. Wilson, ont décidé de ne pas se représenter, tandis que deux nouveaux ont été nommés : Richard McCormick, ancien PDG de US West et Harry Pearce, ex-ancien président de Hughes Electronics Corporation et ex-vice-président de General Motors. A New York, le marché a salué ces clarifications par une hausse du titre de 4,19% à 3,48 dollars en fin de séance, mardi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :