Lazard précise les conditions de son entrée en Bourse

 |  | 362 mots
L'introduction en Bourse de Lazard approche à grands pas. La banque d'affaires dirigée par Bruce Wasserstein a annoncé aujourd'hui qu'elle allait introduire à la Bourse de New York 30,46 millions de titres à un cours compris entre 25 et 27 dollars. Ce qui valorise l'opération à un minimum de 761,5 millions de dollars, pour environ 25% du capital du groupe. La banque proposera également une option de surallocation de 4,57 millions d'actions. Si elle est exercée, cette option pourrait permettre à la banque privée de lever entre 875,8 millions de dollars (en bas de fourchette) et 945,8 millions de dollars (en haut de fourchette). En parallèle à ces émissions d'action, Lazard proposera également des certificats d'investissement pour 250 millions de dollars. Selon les termes du document que Lazard avait déposé à la SEC (l'AMF américaine) en décembre dernier, les sommes levées lors de l'introduction devraient permettre au patron opérationnel de la banque, Bruce Wasserstein, de racheter à Michel David-Weil et aux actionnaires historiques, ainsi qu'à Eurazeo, leurs parts dans la banque. Cette participation est évaluée à 1,6 milliard de dollars. Le groupe Caisses d'épargne, qui a conclu un partenariat financier et industriel avec Lazard, devrait financer une partie de cette opération à hauteur de 200 millions d'euros.Pour Bruce Wasserstein, cette introduction en Bourse est lourde de conséquence. Le patron opérationnel de la banque, qui est à la tête de l'établissement depuis près de quatre ans, s'est engagé à faire entrer la banque en Bourse avant la fin de l'année 2005. Dans la pratique, les marchés s'attendent à une opération dans les semaines qui viennent. En cas d'échec, Lazard, qui est valorisé à 3 milliards de dollars, resterait non coté, et sa direction serait lourdement remaniée, avec le départ de Bruce Wasserstein.En revanche, la réussite - de plus en plus vraisemblable - de l'opération donnerait à ce dernier les pleins pouvoirs dans l'illustre établissement. Celui-ci, qui avait rencontré des difficultés opérationnelles, a publié en 2004 un bénéfice net de 247 millions de dollars, en baisse par rapport aux 250,4 millions de dollars enregistré un an plus tôt. Son introduction en Bourse devrait également favoriser ses ambitions en termes de croissance externe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :