Comme Yahoo ! , Google bénéficie d'une conjoncture radieuse

 |  | 437 mots
Lecture 2 min.
Dans le sillage de Yahoo!, Google a donné la preuve, en publiant ses résultats trimestriels, qu'il profitait également à plein de l'explosion de la publicité sur Internet, due à sa généralisation auprès des grands comptes. Ainsi, le premier moteur de recherche mondial a multiplié par six son bénéfice sur la période janvier-mars à 369 millions de dollars (1,29 dollar par action) dépassant les prévisions les plus optimistes des analystes. Si l'on exclut certains éléments, le résultat atteint 1,46 dollar par titre, bien au dessus des 92 cents pronostiqué par le consensus compilé par Thomson Financial. Ces performances sont à mettre sur le compte de la nette progression des ventes, qui ont doublé en un an pour atteindre 1,26 milliard de dollars. Hors coûts d'acquisitions (reversements effectués auprès des partenaires), le chiffre d'affaires ressort à 794 millions de dollars, au dessus des 730 millions de dollars du consensus.La rentabilité de Google s'est également améliorée: la marge opérationnelle est passée de 23,8% à 35,2%, notamment grâce à une baisse des commissions versées aux partenaires. En termes de répartition des revenus, la marque Google a prouvé une fois de plus qu'elle était puissante. De fait, les ventes sur les sites officiels ont doublé à 657 millions de dollars, soit 52% du total, tandis que le chiffe d'affaires générés par les partenaires du groupe a augmenté de 75%. Il faut dire que Google n'a cessé de lancer de nouveaux services sur ses sites de façon à attirer de plus en plus d'internautes et donc d'annonceurs (Google Actualités, Annuaires....). Question qui brûle désormais toutes les lèvres, combien de temps durera ce vent porteur? "Les gens adorent dire que le taux de croissance actuel de l'industrie commencera à décliner d'ici 6 à 9 mois. Mais j'ai appris avec l'expérience qu'il était impossible de prévoir l'impact des nouvelles technologies", explique un analyste à Bloomberg.Pour l'instant, la part des budgets médias des entreprises octroyée à Internet est évaluée entre 2 et 4% selon les observateurs. "Il y a un raz-de-marée qui se produit dans la publicité en ligne. Et cela va s'accélérer", prédit un autre analyste interrogé par Bloomberg. Pour les prochains mois en tout cas, la conjoncture s'annonce radieuse. Hors Etats-Unis, le marché devrait croître de 63% à 3,28 milliards de dollars, selon Goldman Sachs. En Amérique du Nord, Google va continuer à disputer à Yahoo! un marché amené à croître de 35% cette année à 5,16 milliards de dollars. A New York, le titre Google, dont le cours a plus que doublé depuis son introduction en Bourse en août dernier, gagnait plus de 5% à mi-séance.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :