BSkyB continue à conquérir des abonnés

 |  | 321 mots
Lecture 2 min.
Un peu plus d'un an après avoir été propulsé à la tête de BSkyB, James Murdoch, le fils de l'illustre Rupert, patron de News Corp, semble être en passe de réussir son pari. En effet, le bouquet satellite a une nouvelle fois prouvé au quatrième trimestre que son potentiel de conquête n'était pas terminé. Il a recruté en cette fin d'année pas moins de 193.000 abonnés supplémentaires, portant sa base totale à 7,6 millions de clients. Les analystes, qui prévoyaient en moyenne 172.000 nouveaux abonnés, n'en espéraient pas tant.BSkyB, qui vise 10 millions d'abonnés en 2010, a commencé par confirmer son objectif à fin décembre 2005 établi à 8 millions de clients. Pour maintenir cette croissance, James Murdoch avait annoncé en août dernier un investissement supplémentaire de 450 millions de livres sur quatre ans. La performance est d'autant plus appréciable qu'elle n'a pas nécessité des investissements marketing trop onéreux. "Ils n'ont pas l'air d'avoir payé trop cher leurs nouveaux abonnés. Les dépenses marketing n'étaient supérieures que de 6 millions de livres à ce que nous avions prévu", a commenté un analyste interrogé par Bloomberg. Le chiffre d'affaires s'est aussi inscrit au dessus des attentes en atteignant 1,02 milliard de livres (+9,2% sur un an), tandis que les analystes pronostiquaient 996 millions de livres. C'est la première fois que le groupe franchit sur un trimestre la barre du milliard de livres. Le résultat opérationnel est ressorti à 164 millions de livres, en hausse de 21%. Sur l'ensemble du premier semestre de l'exercice (clos fin décembre), le bénéfice imposable a augmenté de 14,6% à 282 millions de livres sterling (409 millions d'euros). Les ventes ont progressé de 10% sur un an, à 1,945 milliard de livres. En parallèle, la société a annoncé le versement d'un dividende de 4 pence par action. A Londres, le titre BSkyB, après avoir gagné 4% à l'ouverture, termine la séance en hausse de 1,30%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :