Il ne faut pas chatouiller Michel

 |  | 368 mots
Lecture 2 min.
Peu à peu, Michel Pébereau peaufine son image de "sage" du capitalisme français. Le président de BNP Paribas, qui a laissé la direction opérationnelle de la banque à Baudoin Prot, se consacre désormais aux problèmes de place. Président de la Fédération bancaire européenne, il traite aussi de questions qui dépassent les frontières de l'Hexagone. Mais il ne faut pas croire pour autant que l'ancien haut fonctionnaire devenu grand banquier se désintéresse du destin des grandes entreprises françaises. La façon dont BNP Paribas vient de régler le dossier Galeries Lafayette, quelle que soit l'implication de Baudoin Prot, porte en effet la marque de Michel Pébereau. C'est net et précis, habile (il fallait régler quelques délicates affaires familiales...) et ça ne souffre pas la discussion. N'en déplaise à Michel Lucas, le patron du Crédit Mutuel. Celui-ci, avec pas mal de flair et beaucoup d'opportunisme, avait compris que l'avenir du célèbre groupe de distribution était sur le point de se jouer, tant en termes d'actionnariat que de management. Son entrée au capital des Galeries Lafayette a surpris, comme d'ailleurs l'absence de réaction immédiate de la rue d'Antin. Mais n'ayant pas su pousser son avantage et paralysé faute de savoir profiter des divisions familiales, le Crédit Mutuel a raté le coche. Il n'a pas été en mesure de se présenter comme la solution idéale, celle qui allait de soit. Ce rôle vient d'échoir à BNP Paribas dont le président a siégé de longues années au conseil d'administration des Galeries. Ces liens entre la banque et le groupe de distribution se sont concrétisés dans un fructueux partenariat dans le crédit à la consommation via Cofinoga. Une pépite que BNP Paribas ne voulait pas laisser échapper au profit d'un concurrent. Michel Pébereau a donc pu proposer la porte de sortie la plus cohérente, assurant aux uns la sortie en cash qu'ils attendaient, aux autres la mainmise sur le management et à l'ensemble du groupe la stabilité dont il a sans aucun doute besoin. Bref, du travail d'orfèvre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :